Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Chambon

Tunnel du Chambon : la réunion au ministère des Transports déçoit les élus haut-alpins

Une délégation d’élus des Hautes-Alpes et de l’Isère a été reçue, ce lundi après-midi, par Jean Mallot, conseiller spécial du secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, au sujet de la fermeture du tunnel du Chambon et de ses conséquences. Une représentante du collectif du Chambon, qui réunit des habitants et des professionnels affectés par la coupure de la route, était également présente, ainsi que le Gapençais Christophe Pierrel, chef adjoint du cabinet de François Hollande. Mais il n’est pas ressorti grand chose de cet entretien de près de deux heures, même si M. Pierrel assure qu’il faut attendre les suites. Précisons que la date de réouverture de la route devrait être précisée cette semaine, en fonction des résultats d’un micro-dynamitage réalisé par les entreprises mandatées par le Département de l’Isère. Une mission d’expertise pour la viabilité d’un pont flottant doit par ailleurs intervenir avant la fin de la semaine.

« Je ne me fais pas trop d’illusions sur les financements de l’Etat, Christophe Pierrel a été clair là-dessus », indique Jean-Marie Bernard, président du Département. « La seule chose positive, c’est que tout le monde est sensibilisé au problème, qui dépasse largement la desserte locale entre La Grave et Bourg-d’Oisans! Mais il faut que tout le monde mette un peu la main à la poche. Nous avons chiffré les travaux de sécurisation de la RD 1091 à 50 M€ pour les Hautes-Alpes et à 30 à 40 M€ pour l’Isère. Nous aurons besoin de l’intervention des Régions et de l’Etat. Sur 50 M€, si on n’est pas aidé à 80%, on ne sait pas faire. »

Pour Christophe Pierrel, « les choses vont suivre. Je prends ce dossier à bras le corps. Et nous allons mobiliser tout le monde. » Il conteste également le propos de Jean-Marie Bernard en assurant qu’il n’a pas dit que l’Etat ne ferait rien : « On ne peut pas me faire dire qu’il n’y aura pas d’argent de l’Etat », indique celui qui est aussi tête de liste du PS dans les Hautes-Alpes pour les prochaines régionales. « Ca reste à voir et ça va bouger. »

La délégation était composée de Jean-Marie Bernard, des deux vice-présidents des Départements des Hautes-Alpes et de l’Isère chargés des routes, Marcel Cannat et Bernard Perazio, du maire de Briançon, Gérard Fromm, et de Sonia Chamoux, du collectif du Chambon.

« Nous avons demandé une intervention auprès du ministère des Finances pour que les demandes des entreprises touchées soient traitées avec discernement et rapidement », souligne M. Bernard. « Les deux Départements envisagent également de mettre en place un fonds pour les entreprises, qui serait géré par les CCI, sous le contrôle de l’Etat, pour peu que les deux Régions, dont c’est la compétence, financent le dispositif. Nous devrions délibérer dès la fin du mois. » Autre souhait exprimé lors de cette réunion par Christophe Pierrel : la désignation d’un préfet coordonnateur pour gérer ce dossier « car nous sommes à cheval sur deux régions ». Ce représentant devrait être nommé par le secrétariat d’Etat aux Transports.

De son côté, Sonia Chamoux précise que la délégation a « exposé la détresse, le désarroi et le mal-être des habitants de La Grave et Villar d’Arène » lors de cette réunion. « Le dossier a été évoqué tant sur le court terme, le moyen et le long terme. MM. Mallot et Pierrel se sont engagés à communiquer aux ministères des Finances et de la Défense les éléments de dossier qui les concernent. Quand le chef de cabinet adjoint de l’Elysée prend toutes les fiches ainsi que les coordonnées de toutes les commissions du collectif, pour les transmettre en son nom aux ministères impliqués, nous pouvons penser que le dossier est pris à bras le corps. » [article mis à jour le 9 juin avec les précisions du collectif du Chambon]

(Notre photo : la délégation a été reçue par l’ancien député Jean Mallot, conseiller spécial du secrétaire d’Etat aux Transports)


+ Sur le même sujet...