Accueil crypto monnaie 10 prévisions pour les technologies blockchain en 2022

10 prévisions pour les technologies blockchain en 2022

Les technologies blockchain sont devenues mainstream. Pourtant, le domaine regorge d’innovations, comme les crypto-actifs, les DeFi et les NFT. Dix prévisions pour l’année 2022 montrent les évolutions auxquelles il faut s’attendre.

L’année dernière, la capitalisation boursière des crypto-monnaies a atteint pour la première fois 3 000 milliards de dollars. Au début de l’année, elle était inférieure à 800 milliards USD. DeFi a désormais une valeur totale verrouillée de 100 milliards d’USD sur le seul Ethereum. Mais ce sont les NFT qui ont le plus surpris, flanqués de domaines complémentaires comme Metaverse et GameFi.

Quelqu’un peut-il prétendre avoir prévu ces évolutions ? Il est notoirement difficile de prédire l’avenir. Néanmoins, nous nous risquons à faire des prévisions pour l’année 2022. Il est passionnant de voir si elles se réaliseront. Vous trouverez ci-dessous dix prédictions de tendances pour l’évolution des technologies blockchain en 2022, comme la blockchain, les crypto-actifs, les DeFi et les NFT :

1. le prix du bitcoin atteint 100 000 USD et le marché des crypto-actifs se développe en largeur et en profondeur

La hausse des taux d’inflation rend les actifs rares comme les bitcoins (BTC) de plus en plus attractifs. Le bitcoin n’est pas seulement la crypto-monnaie la plus ancienne, la plus décentralisée et la plus connue – une particularité par rapport aux autres crypto-monnaies est son offre limitée à 21 millions de BTC. Dans le contexte de l’adoption institutionnelle du bitcoin et de la demande accrue qui en découle, il est tout à fait possible que le prix des BTC dépasse les 100 000 USD cette année.

Mais le marché des crypto-actifs dans son ensemble va également croître. Depuis le début de l’année 2021, les prix en USD des 20 plus grandes crypto-monnaies répertoriées sur CoinMarketCap en fonction de leur capitalisation boursière ont connu une hausse à trois chiffres. Il est frappant de constater que de nombreuses crypto-monnaies natives de protocoles de blockchain de couche 1 alternatifs (Alt-L1), considérées comme des tueurs potentiels d’Ethereum (comme Solana, Binance Smart Chain, Cardano, Polkadot, Avalanche), se trouvent dans le top 20. Il va de soi que les investissements sur le marché des crypto-actifs sont plus risqués que les possibilités d’investissement traditionnelles, notamment en raison de la plus grande volatilité des prix. Il est néanmoins possible de comparer l’évolution des prix des crypto-monnaies à celle d’indices de marché connus. Par exemple, l’indice MSCI World n’est que de 17 % supérieur à ce qu’il était au début de l’année 2021. L’évolution du prix de l’or est actuellement négative. Le nombre croissant d’adresses de portefeuilles, mesuré par exemple par les utilisateurs actifs mensuels du portefeuille MetaMask (10 millions d’utilisateurs actifs mensuels actuellement), indique également que la demande de possibilités d’investissement en crypto va se poursuivre : DeFi offre des taux d’intérêt à deux chiffres grâce à la commission sur les liquidités, au prêt et à l’échange, alors que les banques des pays industrialisés offrent souvent moins de 2 % sur l’épargne.

2. l’Ethereum est mis à jour et reste la plateforme dominante des contrats intelligents

Ethereum effectue désormais, probablement cet été, la transition vers le mécanisme de consensus de preuve d’enjeu. On peut également s’attendre à ce que des institutions financières du secteur TradFi se lancent dans l’activité de staking. Les récompenses de staking pourraient ainsi devenir une sorte de « taux d’intérêt de base » du marché des crypto-actifs, car il est rarement possible d’investir sans risque sur ce marché que par le biais de l’ETH-Staking. On a ici l’option de mettre en place sa propre infrastructure de staking ou de recourir à des services de staking comme ceux de Coinbase ou Blockdaemon par exemple. En ce qui concerne l’évolution des prix, l’ETH a toujours un grand potentiel, tout comme les autres anciens jetons L1. Certes, la part des protocoles et des jetons représentés dans le domaine DeFi et NFT sur la base d’Ethereum diminue, mais Ethereum porte tout de même le plus grand volume de transactions.

3. les crypto-investissements deviennent plus durables

Les émetteurs d’ETP, les bourses de crypto-monnaies, les sociétés de minage et les institutions financières sont intéressés par l’offre de produits et de services verts à leurs clients. Jusqu’à présent, de nombreux crypto-investisseurs potentiels se sont montrés réticents à investir dans les bitcoins en raison de l’empreinte carbone relativement élevée du minage de bitcoins. Souvent, les entreprises intéressées sont également soumises à des dispositions ESG auxquelles elles doivent se conformer.

Il existe toutefois des modèles qui permettent aux fournisseurs de crypto-investissements de calculer la compensation climatique nécessaire pour les produits basés sur le bitcoin. Ainsi, une étude du Frankfurt School Blockchain Center a récemment révélé qu’une transaction en bitcoins ainsi que la détention de bitcoins pouvaient être compensées par l’achat de quotas d’émission du système européen d’échange de quotas d’émission. Dans le premier cas, 18 USD sont nécessaires pour compenser les émissions de CO2. Dans le second cas, il faut acheter des quotas d’émission pour 100 USD en supposant que l’on détient un bitcoin pendant une période d’un an. On peut s’attendre à ce que le prix des émissions de CO2 augmente de manière significative en 2022.

Dans l’ensemble, le mix énergétique utilisé pour les opérations du réseau blockchain devient plus vert. Non seulement les entreprises minières se sont retirées de Chine suite à la répression de l’industrie minière du pays, mais elles ont aussi commencé à utiliser des énergies renouvelables. Les entreprises minières exploitent de plus en plus de sources d’énergie renouvelables, comme l’énergie géothermique ou solaire, car ces sources d’énergie présentent de bonnes structures de coûts.

4) Les infrastructures Web3 ouvrent la voie à la décentralisation d’Internet

Web3 représente une nouvelle approche visant à fournir l’architecture Internet de manière éventuellement décentralisée et autonome au moyen de la technologie blockchain. Il s’agit essentiellement de réduire la dépendance vis-à-vis des grands fournisseurs de réseaux et de services informatiques « big tech », tels que les fournisseurs d’informatique en nuage ou d’accès à Internet, étant donné que ceux-ci traitent souvent les données collectées de manière opaque, constituent un « point unique de défaillance » et peuvent pratiquer une politique de produits et de prix en partie arbitraire en raison d’un environnement de marché oligopolistique.

Web3, en revanche, repose sur l’idée de redonner aux utilisateurs d’Internet le contrôle des données et de l’infrastructure. Du stockage décentralisé des données à l’aide de blockchains comme Arweave ou Filecoin, de réseaux sans fil décentralisés comme le réseau Helium, de plateformes et de projets tokenisés dans lesquels toutes les décisions sont prises par la communauté, jusqu’à de toutes nouvelles manières de gérer l’identité, le Web3 offre un large éventail de possibilités.

Les crypto-monnaies sont particulièrement importantes dans ce contexte, car elles peuvent constituer un système d’incitation durable qui incite les participants au réseau à fournir l’infrastructure nécessaire à long terme.

5. les NFT et les jeux basés sur la blockchain deviennent une source de revenus

Le Metaverse est une plateforme virtuelle sur laquelle des personnes peuvent collaborer entre elles et faire du commerce économique. Ces économies numériques sont difficilement imaginables sans les NFT et les infrastructures basées sur la blockchain. L’année 2021 a marqué un tournant dans le « GameFi » avec Axie Infinity et le lancement du sidechain Ronin, qui a créé le débit nécessaire pour permettre à un million de joueurs actifs de participer à l’univers Axie Infinity en août 2021. Aux Philippines en particulier, Axie Infinity, développé par Sky Mavis, est devenu une source de revenus pour de nombreuses personnes.

Microsoft et Facebook ont annoncé leur intention de construire leurs propres approches des mondes numériques, c’est-à-dire des « métavers ». Il faut s’attendre à ce que ces géants de l’Internet développent un système largement centralisé et en partie fermé, de sorte que les transferts de valeurs vers d’autres écosystèmes numériques seront plus difficiles, voire impossibles. Or, cela va diamétralement à l’encontre de la philosophie du Web3, qui met l’accent sur les individus avec des droits de propriété et des libertés d’action clairement définis à l’aide des technologies blockchain.

Il est intéressant d’attendre l’avènement du monde multi-chaînes. Une fois que les transferts de valeur seront possibles de manière transparente à travers différents crypto-univers, cela pourrait déclencher une nouvelle vague d’adoption et l’économie des jeux basée sur les NFT et la blockchain pourrait notamment recevoir une nouvelle impulsion. Dans les économies émergentes, le secteur de l’emploi pourrait subir des changements structurels. Une telle économie interconnectée pourrait sans doute être appelée « méta-métaverse ». Ce qui semble lointain pourrait devenir réalité assez rapidement, c’est-à-dire en 2022, dans certains domaines du jeu.

6. émergence d’un monde multi-chaînes

Le débat sur la question de savoir quel écosystème de blockchain compatible avec les smart contracts s’imposera a lentement pris fin en 2021. L’opinion dominante est que nous vivrons dans un monde multi-chaînes, dans lequel plusieurs blockchains pourront opérer ensemble des transferts d’informations et de valeurs. Ainsi, on pourra observer que le rapport entre la valeur totale verrouillée (TVL) sur Ethereum et la TVL de toutes les blockchains ne cessera de diminuer. Il y a un an, ce dernier était de 90 pour cent. Aujourd’hui, il n’est plus que de 62 pour cent.

On peut néanmoins prévoir qu’en 2022, Bitcoin restera la blockchain numéro 1 et Ethereum la blockchain numéro 2. Une autre évolution pertinente sera celle des rollups (zero-knowledge et optimistic rollups) ou des protocoles de couche 2, qui entreront en concurrence avec les blockchains de couche 1. Ils promettent des frais de transaction moins élevés et des transactions plus rapides, tout en tirant parti de la sécurité de la couche de base sous-jacente. En outre, l’interopérabilité entre les différents écosystèmes de blockchain est en cours de réalisation grâce à des ponts et des protocoles interchaînes. Enfin, avec Polkadot et le Cosmos Inter-Blockchain Communication Protocol (IBC), on s’efforce de mettre en place une sorte de couche 0, qui représente un réseau de différentes blockchains capables de communiquer entre elles.

Ce qui est intéressant et important ici, c’est que toutes ces solutions sont des solutions de blockchains publiques, c’est-à-dire des blockchains publiques. Les infrastructures de blockchain fermées que l’on attendait il y a encore quelques années pour le contexte de l’entreprise (Enterprise Blockchains ou Permissioned Blockchains) et auxquelles on accordait une importance significative, jouent un rôle de moins en moins important. Cela concerne des plateformes comme Hyperledger ou R3 Corda. Bien sûr, il y aura des solutions qui seront développées sur ces infrastructures à accès limité. Mais il est d’ores et déjà clair que les blockchains publiques ont gagné la course. On peut le constater à l’aide de métriques telles que le débit des transactions, le volume des transactions, la capitalisation boursière (des actifs représentés) ou encore le personnel.

7. une plus grande clarté juridique grâce à la réglementation et aussi aux interdictions

En 2022, la plupart des pays se prononceront pour savoir si, comme la Chine, la Turquie ou le Nigeria, ils prendront des mesures parfois très fermes contre l’industrie de la cryptographie et prononceront également des interdictions partielles ou complètes, ou s’ils choisiront la voie de « l’adoption par la réglementation ». A l’une des extrémités du spectre, on trouve en premier lieu la Chine avec sa décision d’interdire le minage de crypto-monnaies, suivie d’une interdiction étendue des transactions au moyen de crypto-monnaies.

À l’extrémité la plus « cryptophile » se trouvent des pays comme le Salvador, qui a adopté le bitcoin comme moyen de paiement officiel à côté du dollar américain en septembre 2021.

Les régulateurs se concentreront sur des questions telles que la LBC, le KYC, les taxes et les stablecoins et étudieront la faisabilité de la réglementation DeFi en échangeant avec les régulateurs d’autres juridictions. Il convient également de mentionner qu’en 2023, la réglementation du marché des crypto-actifs (MiCA) entrera en vigueur, offrant un cadre juridique uniforme au niveau de l’Union européenne et créant une plus grande clarté juridique pour les fournisseurs de services et les émetteurs de crypto-actifs.

On peut ainsi supposer que l’Europe et l’Amérique du Nord s’engagent sur la voie fondamentalement « crypto-friendly ». Les protocoles décentralisés tels que Bitcoin et Ethereum sont tolérés, à condition que des règles telles que la prévention du blanchiment d’argent, l’identification des partenaires de transaction et les impôts soient respectées.

8. l’euro numérique n’existera toujours pas en tant que stablecoin

L’euro numérique peut théoriquement exister en tant que monnaie numérique de banque centrale (Central Bank Digital Currency, CBDC), en tant que solution de déclenchement ou encore en tant que stablecoin. En tant que CBDC, celui-ci ne devrait toutefois pas être émis par la Banque centrale européenne (BCE) avant 2026 au plus tôt. Des CBDC existent déjà pour de petits pays comme les Bahamas ou le Nigeria. En tant que solution de déclenchement, l’euro numérique existera dès cette année pour les premières banques commerciales européennes et sera mis à la disposition de l’industrie et du secteur financier. L’initiative des banques commerciales est toutefois décisive, car ce type d’euro numérique ne nécessite pratiquement pas la participation de la BCE. L’euro numérique sous forme de stablecoins n’existera qu’en tant que projet pilote en 2022. Il ne faut pas s’attendre à des volumes significatifs pour les stablecoins en euros, comme c’est le cas pour les stablecoins en dollars américains.

Les raisons en sont d’une part que les stablecoins ne sont pas porteurs d’intérêts et que les émetteurs devraient payer des intérêts négatifs à la BCE. D’autre part, avec l’entrée en vigueur de la réglementation MiCA, on s’attend à ce que les autorités de surveillance financière accordent une attention particulière aux stablecoins et imposent des conditions strictes. Dans ce contexte, il est très probable que les stablecoins en dollars américains continuent de croître de manière significative. Cela signifie donc la poursuite de la « dollarisation » du marché des crypto-actifs.

9. l’adoption par les investisseurs institutionnels et les grandes entreprises progresse

Les investisseurs institutionnels et les grandes entreprises ont également fait part de leur intérêt croissant pour les actifs numériques au cours de l’année. Il s’agit notamment de hedge funds, de gestionnaires de fortune et de family offices, mais aussi de caisses de pension ou d’institutions telles que les caisses d’épargne ou les banques populaires et Raiffeisen. Dans le sillage de taux d’inflation supérieurs à la moyenne, d’un environnement de taux d’intérêt bas persistant, d’autres champs d’application et de la demande croissante qui en résulte, de grandes banques comme JP Morgan ou Goldman Sachs commencent à développer une offre autour des crypto-investissements. Des entreprises technologiques comme Microstrategy ou Tesla possèdent des milliards de bitcoins pour faire face à l’expansion de la masse monétaire, qui a déjà entraîné une inflation relativement élevée l’année dernière.

En ce qui concerne l’adoption de grandes entreprises, la méta de Zuckerberg va encore plus loin en se déclarant comme l’un des futurs acteurs principaux du métavers. On peut également observer une augmentation des activités de M&A. PayPal a par exemple racheté la start-up Curv (technique de conservation et de sécurité informatique dans le domaine des crypto-actifs) et Coinbase l’entreprise Unbound Security (également technique de conservation et focalisation sur la cryptographie).

10. les DAO ouvrent de nouvelles voies de coordination sociale et économique

Les Decentralized Autonomous Organizations (DAO) sont des organisations décentralisées basées sur la blockchain, qui sont la propriété collective de leurs membres et sont gérées par ces derniers selon des règles préalablement définies par des votes au moyen de jetons. Il en résulte des cas d’utilisation passionnants, comme le crowdfunding, les associations sociales, les ressources humaines ou les projets d’investissement collectifs. Selon Consensys, les caisses des 20 premières DAO contiennent 14 milliards d’USD, et la tendance est à la hausse. Des exemples de DAO sont Syndicate, MakerDAO, KlimaDAO et ConstitutionDAO. En 2022, d’innombrables nouvelles DAO verront le jour.

On peut imaginer que les outils de développement de DAO permettront à chacun de créer des DAO pour n’importe quel usage. Les DAO se développeront aussi surtout si les questions de savoir dans quelle mesure les DAO sont concernées par les réglementations existantes et dans quelles juridictions elles doivent répondre en cas de doute peuvent être résolues.


Jong-Chan Chung est le co-auteur de cet article. Il est collaborateur scientifique du Frankfurt School Blockchain Center et Venture Developer au sein du Blockchain Founders Group (BFG). Ses domaines d’intérêt comprennent les applications de la blockchain et des systèmes DLT ainsi que la finance décentralisée. Il est titulaire d’un double master en politique publique de la Hertie School et de l’Université de Tokyo.


E-book « Perspectives pour l’année bancaire 2022 » à télécharger

Cet article fait partie des Perspectives de l’année 2022. Les prévisions de tous les experts sont réunies dans un e-book très complet. Les abonnés à Der Bank Blog Premium peuvent télécharger directement et gratuitement l’e-book.

Si vous n’êtes pas abonné, vous pouvez également acheter l’e-book séparément. Pour accéder au formulaire de commande, cliquez ici.

Vous êtes déjà abonné ? Cliquez ici pour vous connecter

Pas encore lecteur Premium ?

Les abonnés Premium du Bank Blog ont un accès direct à tous les contenus payants du Bank Blog (sources d’études, e-books, etc.) et bénéficient de nombreux autres avantages.

>>&gt ; S’inscrire ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici