Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Agression rue de France

Gap : 6 mois de prison ferme pour l’agresseur de l’opticien

L’agresseur de l’opticien de la rue de France a été condamné à six mois de prison ferme, ce mardi après-midi, par le tribunal correctionnel de Gap. Jordan Pilache, 19 ans, a été écroué à l’issue de l’audience, les magistrats ayant décerné un mandat de dépôt. Il a par ailleurs l’interdiction de détenir une arme pendant cinq ans. Lundi matin, il avait blessé Jean-Louis Cirgues au bras avec un couteau de cuisine, alors que le commerçant tentait de l’interpeller après qu’il eut volé deux paires de lunettes de soleil sur un présentoir (lire par ailleurs).

Jean-Louis Cirgues est présent au premier rang dans la salle d’audience, le bras en écharpe. Il ne se constitue pas partie civile et ne demande pas d’indemnisation. Il veut manifestement comprendre ce qui a conduit un jeune homme de 19 ans à lui asséner quatre coups de couteau. Mais il n’aura pas vraiment de réponses, Pilache étant particulièrement avare en déclarations.

Originaire de l’Oise, Jordan Pilache est venu s’installer à Gap pour y retrouver son père, qu’il n’avait plus vu depuis de longues années. Mais les liens n’ont pas vraiment été renoués. Il est néanmoins resté dans les Hautes-Alpes pour éviter ses mauvaises fréquentations de Senlis. Et aussi fuir des relations tendues avec sa mère et sa sœur, semble-t-il, puisqu’il a été jugé en son absence, en mai dernier, pour des violences à leur encontre. Sans profession et gros consommateur de résine de cannabis (il avoue fumer jusqu’à dix joints par jour), il réside au foyer « La Cordée ». Il suivait ces derniers temps une remise à niveau au Centre populaire d’enseignement (CPE), à Gap. C’est précisément lors d’une pause, ce lundi matin, à 10h, qu’il déambulait rue de France avec deux autres compagnons de formation.

« On allait faire un tour », lâche le prévenu. « J’ai vu ces lunettes, je les ai prises. »
– « Pourquoi ? » tente la présidente Josiane Magnan.
– « J’ai pas de thune, pas d’argent. Ma carte bleue est bloquée. »

Au moment du vol, Jean-Louis Cirgues est en train de boire un café à la terrasse de « La Cloche », face à son magasin d’optique. Il interpelle le voleur et reprend une paire de lunettes. Pilache balance l’autre paire au sol. L’opticien l’attrape par le col et veut l’emmener au commissariat de police voisin. « Lâche-moi ou je te plante ! » intime le jeune majeur. Qui sort un couteau de cuisine de sa pochette et poignarde sa victime. Jean-Louis Cirgues a le réflexe de se tourner. Ce n’est pas son thorax qui est atteint, mais son bras. Quatre coups sont portés. Il recevra neuf points de suture aux urgences de l’hôpital de Gap.

Jordan Pilache s’enfuit avec ses deux copains. Il jette son couteau sur un toit et rejoint le CPE pour y reprendre sa formation, avec un certain retard. Les responsables du centre de formation constatent suffisamment d’agitation pour s’en inquiéter et prévenir la police. Pilache sera finalement interpellé à « La Cordée », d’où il allait repartir avec son sac.

« C’est quelque chose d’invraisemblable », dénonce le procureur, Sandra Reymond. « On s’est cru à OK Corral. Rien n’a été maîtrisé. Il ne se souvient même plus du nombre de coups de couteau qu’il a donnés! » Elle requiert huit mois d’emprisonnement assortis d’un mandat de dépôt.

Pour la défense, Me Bussereau évoque la personnalité d’un prévenu « en grande difficultés. Ses efforts d’insertion seraient réduits à néant par une incarcération. Il a besoin d’un suivi. »

Le tribunal correctionnel en a jugé autrement.


+ Sur le même sujet...