Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Agression3

Gap : vague d’indignation après l’agression à caractère antisémite

23 Juil 2014 - 15:04

L’agression d’une personne handicapée et de son éducatrice, ce mardi soir à Gap, sur fond d’antisémitisme, provoque une vague d’indignation.

Le comité départemental du Mouvement de la paix, qui était l’un des organisateurs de la manifestation pour l’arrêt des attaques israéliennes à Gaza en marge de laquelle s’est produite l’agression, « condamne fermement » cet « incident grave et intolérable sur lequel il faut être vigilant ».

Pour le Mouvement de la paix, « ces événements n’ont aucun lien avec la manifestation « pour la Paix au Proche-Orient » qui a rassemblé dans le calme près de 300 personnes mardi soir à Gap. De nombreux participants portaient un badge avec le drapeau israélien et le drapeau palestinien et n’ont aucunement été inquiétés. » Le Mouvement de la paix refuse « l’amalgame qui est fait entre une manifestation digne, sans débordement, gérée sainement par les 13 organisations présentes, jusqu’au départ de l’ensemble des participants de la place de la République, et un acte intolérable réalisé plus tard dans la soirée, loin du lieu de dispersion de la manifestation ».

Dans un communiqué, la députée Karine Berger « condamne avec la plus grande fermeté ces actes indignes qui peuvent relever de l’antisémitisme, et qui de toute façon sont d’une gravité exceptionnelle. Elle demande à ce que les services de la préfecture mettent en place tous les moyens nécessaires pour interpeller les coupables de ces actes odieux et intolérables, et que la justice puisse être rendue le plus rapidement possible. Elle n’acceptera jamais que la République soit remise en cause par quelques individus extrémistes, et qui tentent d’importer un conflit extérieur sur notre territoire national. »

Le député Joël Giraud en « appelle aux valeurs de la laïcité et condamne avec la plus grande fermeté l’agression. Au-delà du caractère monstrueux du conflit en cours entre l’Etat d’Israël et les territoires palestiniens, le principe de laïcité de la République impose à toutes et à tous de ne pas faire dégénérer ces événements gravissimes en conflit religieux. Et il faut prendre garde à ne pas attiser la haine communautariste ou à considérer ce conflit comme un combat entre communautés pour éviter qu’il s’exporte en France. » Pour M. Giraud, «les Nations Unies ont aujourd’hui la responsabilité lourde de faire respecter le droit afin de mettre un terme à cette «boucherie» où des innocents meurent chaque jour et les diplomaties française et européenne doivent y jouer un rôle majeur ».

Jean-Claude Eyraud, conseiller municipal de Gap (groupe Gauche-Tous capables), qui participait à la manifestation de mardi, condamne « cet acte inadmissible et intolérable dans notre République. J’ai une pensée pour les proches et la famille de la victime. »

Pour la fédération départementale du PCF, « cette agression antisémite est une honte pour ceux qui l’ont commise. Ceux qui, depuis les dernières années, attisent la haine entre les Français de différentes origines et religions portent une lourde responsabilité dans les propos et les actes racistes qui se multiplient. Toutes les formes de racisme, quels qu’en soient les auteurs et les victimes, sont des délits punis par la loi. Le Parti communiste français condamne l’agression antisémite d’hier et souhaite que ses auteurs soient retrouvés et condamnés. »

« Inqualifiable », commente la délégation de l’APF 05 (Association des paralysés de France), « profondément choquée par cet acte inacceptable ».


+ Sur le même sujet...