Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Rémy Oddou Jean-Michel Arnaud

Sénatoriales : le maire de Lettret tacle Jean-Michel Arnaud

Le nouveau maire de Lettret, Rémy Oddou, opposant de longue date de Jean-Michel Arnaud (il a notamment été candidat contre lui aux cantonales de 2004 alors qu’il n’avait que 18 ans), se livre à une charge contre son voisin, le maire de Tallard, candidat au mandat de sénateur.

« Pour l’avoir observé dans son nouveau mandat (un de plus) de président de la communauté de communes de Tallard-Barcillonnette, je doute sérieusement de sa capacité à « défendre la ruralité et les élus locaux », dénonce-t-il dans un communiqué. En effet, il a, en moins de 3 mois de mandat, supprimé la subvention aux petites communes pour la voirie de 1500€, diminué (faute d’avoir pu la supprimer totalement) la subvention versée à l’amicale des pompiers de Gandière, obtenu le droit de passer seul (sans le consentement du conseil) des marchés publics jusqu’à 90.000 €HT, de contracter des emprunts jusqu’à 500.000€ et des lignes de crédits jusqu’à 800.000€ par an. Bien sûr, ces décisions étaient motivées par des difficultés financières de la CCTB. Ces difficultés ne l’ont toutefois jamais empêché de percevoir le montant maximal d’indemnités auxquelles il pouvait prétendre. » Rémy Oddou conclut que « ce n’est donc en aucun parce que je le trouve « trop énergique » que j’émets ces reproches, mais bien parce que son comportement et ses actions sont à mon sens contraires à « la morale stricte en politique » qu’il appelle de ses vœux et dont il clame être le candidat. Je l’appelle donc à se rénover lui-même avant de vouloir rénover la politique ».

« Il fait de la politique, c’est son droit », rétorque Jean-Michel Arnaud. « Je rappelle quand même que c’est un opposant qui s’était présenté contre moi en et qui a soutenu M. Grimaud en 2008. Venant de quelqu’un qui est proche du PS, et qui a soutenu un dissident UMP en 2008, je n’ai donc pas de leçon de morale à recevoir. »

« Les finances de la CCTB sont exsangues, nous sommes contraints de faire des choix », souligne le président de la communauté de communes. « Je rappelle d’ailleurs que les subventions aux associations ont été votées à l’unanimité ! Pour l’aide à la voirie communale (et non rurale, pour laquelle nous n’avons rien changé), ça représente 17.000 € sur une enveloppe de plus de 400.000 €. Et puis, les communes du canton de Tallard vont bénéficier de l’enveloppe du Conseil général de 8000 € à laquelle Tallard ne peut plus prétendre puisqu’elle a dépassé le seuil de 2000 habitants », détaille M. Arnaud. Quant à l’autorisation d’emprunt accordée au président, « elle est d’un montant classique, qui est le même que celui que j’ai à la commune de Tallard depuis 2001. Et je rends quand même des comptes dessus, ce n’est pas un chèque en blanc… »

Au final, Jean-Michel Arnaud « regrette qu’il n’ait rien dit de tout cela à la communauté de communes. Je pense que Tallard et Lettret doivent nécessairement travailler en sembl***e. Ce n’est pas un bon positionnement, et il devra rendre des comptes devant ses électeurs. »


+ Sur le même sujet...