Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
triathlon_afp

Embrunman: c’est le grand jour

14 Août 2014 - 18:46

Après le Grand Prix FFTRI, le duathlon, le bike and run, les épreuves avenir… Vendredi 15 août, c’est le mythique Embrunman qui fait le spectacle ! Celui qu’on attend tous: le « XXL » ! Les triathlètes vont devoir parcourir 3,8 km à la nage, 42,195 km à pied, et 188 km en vélo. Un col « mythique » (lui aussi !) sera à gravir, et beaucoup d’autres difficultés qui font de l’Embrunman « La » référence du triathlon longue distance. Avec ses 5000 m de dénivelé, l’épreuve est l’une des plus difficiles au monde…

Pour voir les candidats à la victoire prendre le départ, il faudra se lever tôt. Les femmes se jetteront à l’eau dès 5 h 50, les hommes à 6 h. Les spectateurs qui auront raté le départ pourront espérer voir les premiers athlètes attaquer l’épreuve de vélo à partir de 7 h (ils seront à Savines vers 8 h 12, Guillestre vers 9 h 07, au col de l’Izoard vers 10 h 26, à Briançon vers 10 h 44, Embrun 12 h 20, au plan d’eau d’Embrun à 12 h 50). Pour la course à pied, les prévisions horaires sont les suivantes: 1er tour du premier athlète au plan d’eau vers 12 h 50, à Baratier à 13 h 54.

Quant à l’arrivée des champions, elle est prévue à partir de 14 h 12.

Un peu d’histoire: de la naissance de l’épreuve en 1984… à l’édition 2013

La première édition le 19 août 1984 est une esquisse de ce qui deviendra un mythe. Elle se déroule sur 750 m de natation, 30 km de vélo et 10 km de course à pieds. Sur ce premier tracé figure déjà la côte de Chalvet, que les concurrents devaient emprunter deux fois et que les triathlètes aujourd’hui encore, appellent « La Bête ».

Dès 1985, cette édition se voit confier l’organisation du championnat de France, moyenne distance. Le tracé est adapté en allongeant les distances à 1 500 m de natation, 70 km de vélo et 21 km de course à pieds sur un circuit difficile. 280 triathlètes participent à cette édition, encadrés par 200 bénévoles et 20 000 supporters.

En 1986 le triathlon d’Embrun devient longue distance avec 4 km de natation, 131,5 km de vélo et 42,2 km de course à pied. Le triathlon d’Embrun s’affirme alors comme le triathlon toutes catégories confondues, le plus difficile au monde.

En 1987, les distances sont portées à 5 km de natation, 180 km de vélo et 42,2 km de course à pied. Un dénivelé plus important est adopté avec 2 600 m sur le parcours vélo et 400 m sur le marathon. Le succès est au rendez vous, 420 concurrents, 480 bénévoles et un public nombreux participent à l’événement.

En 1989, la distance de natation du triathlon longue distance est ramené à 3 800 m, pour faire suite au cahier des charges de la Fédération française de triathlon2.

En 1990, le tracé est une dernière fois modifié avec l’introduction, dans la partie vélo, de l’ascension du Col d’Izoard. Ce nouveau parcours de 186 km, d’une seule boucle, se caractérise par une plus grande difficulté : 3 600 m de dénivelé.

En 2008, malgré la concurrence des Jeux Olympique de Pékin, cette édition enregistre un nouveau record de participation avec 1 260 inscrits sur le long et 600 sur le court. Malgré une météo exécrable la course est maintenue. Elle enregistre plus de 110 abandons dans la descente de l’Izoard.

En 2010, cette édition voit le jumelage de la ville d’Embrun avec l’île thaïlandaise de Ko Samuï et la création d’un triathlon longue distance sur cette île. La première édition 2011, annulée pour cause de catastrophe naturelle, fut reportée et eut lieu le 22 avril 2012.

15 août 2013 : 30 ans d’EmbrunMan … et la barre des 11 heures tombe pour l’Embrun-WoMan !

Marcel Zamora entrait un peu plus dans la légende de l’EmbrunMan en remportant haut la main son 4e EmbrunMan, rejoignant ansi Félix Martinez-Rubio au palmarès : le record d’Yves Cordier n’est plus très loin pour l’Espagnol !

Chez les masculins, même podium qu’en 2009 : 1-Zamora / 2-Faure / 3- Cunnama … Chez les féminines, exploit de Jeanne Collonge qui non seulement remportait l’épreuve pour la 2ème année consécutive, mais établissait également un nouveau record historique : c’était la première EmbrunWoMan sous les 11 heures ! Le podium était complété par Céline Schaerer et l’irlandaise Eimear Mullan (Alexandra Louison prenait la 4e place).

 

Tableau du palmares masculin 
Année Vainqueur Temps Année Vainqueur Temps
1984 Drapeau : France Gérard Honnorat 2004 Drapeau : Espagne Félix Rubio Martinez 10 h 2 min 43 s
1985 Drapeau : Suisse Alain Dallenbach 2005 Drapeau : Espagne Félix Rubio Martinez h 59 min 32 s
1986 Drapeau : Allemagne Dirk Aschnoneit 2006 Drapeau : France Hervé Faure h 54 min 31 s
1987 Drapeau : France Yves Cordier 2007 Drapeau : France Hervé Faure h 48 min 58 s
1988 Drapeau : France Yves Cordier 2008 Drapeau : France Xavier Le Floch 10 h 6 min 35 s
1989 Drapeau : Danemark Klockl Gabor 2009 Drapeau : Espagne Marcel Zamora Perez h 39 min 45 s
1990 Drapeau : Danemark Klockl Gabor 10 h 31 min 0 s 2010 Drapeau : Espagne Marcel Zamora Perez h 38 min 49 s
1991 Drapeau : États-Unis Scott Molina 10 h 19 min 0 s 2011 Drapeau : France Hervé Faure h 34 min 10 s
1992 Drapeau : Pays-Bas Pim Van den Bos 10 h 9 min 0 s 2012 Drapeau : Espagne Marcel Zamora Perez h 39 min 23 s
1993 Drapeau : France Philippe Lie 10 h 8 min 1 s 2013 Drapeau : Espagne Marcel Zamora Perez4 h 42 min 20 s
1994 Drapeau : France Yves Cordier 10 h 10 min 0 s
1995 Drapeau : France Philippe Lie 10 h 8 min 0 s
1996 Drapeau : Pays-Bas Floris Jan Koole 10 h 24 min 48 s
1997 Drapeau : France Philippe Lie 10 h 28 min 0 s
1998 Drapeau : France Yves Cordier 10 h 19 min 51 s
1999 Drapeau : France Yves Cordier 10 h 14 min 49 s
2000 Drapeau : France François Chabaud 10 h 1 min 49 s
2001 Drapeau : Espagne Félix Rubio Martinez h 57 min 37 s
2002 Drapeau : Espagne Félix Rubio Martinez 10 h 7 min 41 s
2003 Drapeau : France Cyril Neveu h 59 min 21 s

(Sources: Wikipédia, FFTRI)