Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
libération de Gap

Le 20 août 1944, Drouot L’Hermine libérait Gap

19 Août 2014 - 18:30

La cité gapençaise commémorera ce mercredi un événement important de son histoire. Les commandos L’Hermine, par leur courage et aussi beaucoup d’audace, parvenaient à prendre Gap le 20 août 1944 avec 700 hommes, en faisant 1200 prisonniers allemands dont 40 officiers. Les soldats américains sont arrivés quelques heures après. 

Au programme de ce 20 août: une cérémonie interreligieuse le matin, puis des rassemblements tout l’après-midi devant les stèles commémoratives, et des moments plus festifs  le soir (voir les détails en fin d’article).

C’était il y a 70 ans…

La garnison de Gap était le point ennemi le plus important de la région, avec un contingent de 1200 hommes. Les commandos Hermine les harcelaient jour et nuit depuis plusieurs mois. Les entrées et les sorties de convois allemands étaient attaqués à distance, en particulier sur la RN 94 (route Gap-Briançon). Drouot L’Hermine voulait démoraliser les allemands, les intoxiquer afin qu’ils pensent à un encerclement total. Gap est véritablement encerclé le 17 Août par les hommes de Drouot. Mais les Allemands ne bougent pas. Nous sommes le 18 Août. Le débarquement de Provence a eu lieu le 15 Août 1944. Les Allemands savaient donc qu’ils étaient encerclés par les résistants, et que les Américains remontaient très vite vers le Nord. Mais ils préfèraient largement se rendre aux Américains qu’aux Français. Pourquoi ? ils avaient peur des résistants qu’ils qualifiaient de « terroristes » et « d’excités ». Drouot ne leur laissera pas le choix. Il va les obliger à se rendre … Voilà comment les choses se sont passées. Drouot, en très fin tacticien, voulait que les Allemands se rendent, d’une part avant l’arrivée des américains et d’autre part sans engager le combat car il savait qu’il y aurait beaucoup de pertes. La partie était donc très serrée. Le soir du 18 Août il pose un ultimatum au commandant allemand et lui demande de se rendre. Il est contrarié car il apprend qu’une division de Panzers allemands arrive de Briançon. Il donne l’ordre de faire sauter les ponts, ce qui est fait rapidement. Les Panzers ne peuvent pas passer… Le 19 Août au matin, le commandant allemand refuse toujours de se rendre. Le 20 Août, les Américains se rapprochent de Gap.  Il est décidé, en accord avec eux, que l’attaque sera donnée vers 17h. Les commandos Hermine attaqueront au Nord, au Sud et à l’Est de la ville. Les américains devront s’occuper du versant Ouest. Les Allemands ne bougent toujours pas. A 17h, Drouot L’Hermine donne l’ordre d’attaquer. Il est convenu que les Américains tireront quelques coups de canon à distance, histoire de calmer les ardeurs allemandes. A 19h, devant une charge assez marquée des commandos Hermine, les Allemands se rendent Gap est libéré ! Le reste du département sera libéré avec l’aide américaine, qui remontera très rapidement des côtes provençales. Grâce à la Résistance mise en place dans les Alpes, les Américains pourront remonter vers Grenoble sans un seul blessé. Tous les Allemands ( ceux qui remontent de Briançon) seront définitivement bloqués à Vizille et faits prisonniers. Le but n’était pas uniquement de chasser les allemands du territoire….d’ailleurs ils partaient d’eux-mêmes. Mais il fallait les affaiblir, les bloquer, détruire le matériel afin qu’ils n’aillent pas renforcer les contingents allemands du Nord-Est de la France.

L’action des résistants locaux

La libération de Gap commença bien avant cette date par les actions des résistants locaux. Malheureusement plusieurs de ces résistants ont été tués avant la libération de Gap. Plusieurs stèles ont été érigées en mémoire de ces hommes et sont fleuries chaque année le 20 Août. Citons  notamment Paul Héraud. En mai 1944, Paul Héraud qui prend le pseudonyme de commandant Dumont, est nommé chef départemental FFI des Hautes-Alpes, par l’Etat-major R2. Il déploie une très grande activité pour le recrutement, l’organisation des secteurs et leur armement. Il est également membre du Comité départemental de Libération (CDL). Chef de l’action immédiate, il participe pleinement après le 6 juin 1944 à la préparation des actions d’envergure devant aboutir à la libération des Hautes-Alpes. Le 9 août 1944, Paul Héraud (en compagnie de son agent de liaison le gendarme Méyère) quitte Gap à moto pour une mission. Sur la route de Neffes, les deux hommes tombent sur une colonne allemande arrêtée. Après un rapide contrôle d’identité, trouvant anormal qu’un gendarme transporte ainsi un civil, les Allemands veulent fouiller Paul Héraud. Celui-ci se dégage et parvient à s’enfuir pendant que Méyère est abattu à bout portant. Paul Héraud parvient à se cacher quelques centaines de mètres plus loin, mais, alors qu’il tente de trouver refuge dans une maison, d’autres soldats embusqués l’abattent de plusieurs balles de fusil-mitrailleur.

Le programme de cette journée commémorative

10h30: cérémonie interreligieuse à la cathédrale de Gap (juifs, chrétiens, musulmans).  Moment d’échanges et de partages.

11h30 : Réception à l’Hôtel de ville.  Hommage Solennel aux Libérateurs de Gap

15h30 : Rassemblement des Autorités et des Délégations devant de la Préfecture puis départ pour le circuit des stèles.  A l’occasion de cet anniversaire, les stèles commémoratives seront fleuries par le maire et les organisations de résistants et de déportés : la justice (Lieutenant Boisrame), Route de Rambaud  (MM. Leautier et Pavier), Chemin de Patac (MM. Meyer, Balmens, Humetz, Mourenas et Poutrain), Moulin Charnier (MM. Radius et Roman), Route de Marseille (Commandant Dumont et Gendarme Meyere) .

17h30: Rassemblement des autorités et des délégations au Cimetière Urbain où un dépôt de gerbes par le préfet et le maire aura lieu sur la tombe de Paul Héraud (Commandant Dumont), unificateur de la Résistance dans les Hautes-Alpes et d’Etienne Moreaud, son successeur.

17h45: Reconstitution symbolique de l’acte de libération par un défilé de véhicules blindés légers du 4ème Rch rejoignant le square Ladoucette par les lacets de la route de Veynes.

17h45 : départ du rond point de Veynes ; 17h55 : halte au rond point de l’Adret (Salut de Monsieur le Maire et de la délégation. Et poursuite du convoi jusqu’à Ladoucette.

18h15 : Rassemblement des Autorités, des Délégations et de la Population devant le Monument de la Résistance et de la Déportation (Square Ladoucette).  Chant des Partisans par l’Association « Orchestre d’Harmonie ».   Dépôt de gerbes  Sonnerie aux Morts – Minute de silence – Marseillaise.   Départ du cortège derrière l’Association « Orchestre d’Harmonie » jusqu’à l’Hôtel de Ville. Aubade donnée par l’Association « Orchestre d’Harmonie ».     Un vin d’honneur sera offert à l’issue de cette cérémonie devant l’Hotel de Ville.      

A partir de 19h45: Place de la République, animations proposées par le Comité des Fêtes et d’Animation de la Ville de Gap:  animation musicale gratuite avec « les Mandoles », pour un voyage en Italie.

A partir de 21h30, Bal gratuit avec l’orchestre de Franck Ariasi avec un répertoire de jazz Américain de Glenn Miller.

(photo d’illustration: couverture du livre écrit par l’abbé Richard Duchamblot. Dessin de Werner Epstein, juif allemand qui échappa à la Gestapo, rue Pérolière à Gap, se réfugia à l’hôpital grâce à  Soeur Armande et au docteur Rolland pour gagner les maquis du Champsaur avec l’aide du petit Séminaire de Charance.)