Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
parachutistes-de-l-air-04

Tallard : le centre parachutiste militaire dissous au 1er octobre

Jean-Michel Arnaud, maire de Tallard, a annoncé, ce mardi matin, lors de la séance plénière du Conseil général, que le centre de formation et d’entraînement au parachutisme de haut niveau (CFEPHN) de l’armée de l’air serait effectivement dissous au 1er octobre 2014. La perspective de la dissolution de ce centre, qui accueille l’équipe de France militaire de parachutisme, avait mobilisé les élus, ces dernières semaines. La députée Karine Berger avait annoncé le maintien à Tallard de sept des douze membres de l’équipe de France.

Il semble que ce ne soit pas le cas. Jean-Michel Arnaud a donné lecture d’un courrier qu’il vient de recevoir du général Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, qui confirme la dissolution au 1er octobre prochain. « Le contexte m’interdit de revenir sur cette décision », indique le patron de l’armée de l’air dans sa lettre. Le CFEPHN sera rattaché au centre national des sports de la Défense, à Fontainebleau. Le général Mercier prend acte des arguments mais précise, dans une mention manuscrite, que « les contraintes en termes de réduction d’effectifs pour l’armée de l’air sont trop importantes ».

Pour Jean-Michel Arnaud, cette décision est d’autant moins admissible que « Gap-Tallard a déjà largement contribué à la restructuration du ministère de la Défense avec la dissolution de l’Alat (Aviation légère de l’armée de terre) et la perte de 49 personnels militaires ».

Jean-Yves Dusserre, président du Conseil général, a estimé que « c’est une bien mauvaise nouvelle ». Le Conseil général des Hautes-Alpes a adopté à l’unanimité, ce mardi matin, une motion demandant le maintien du CFEPHN de Gap-Tallard.

Dans un communiqué publié ce mardi après-midi, la députée Karine Berger indique avoir contacté « à plusieurs reprises » le cabinet de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, qui « ne confirme pas le départ de l’équipe de France militaire de parachutisme. Au contraire, il semblerait que l’équipe de France reste sur l’aérodrome de Gap-Tallard. Je souhaite obtenir rapidement de la part du cabinet des éléments écrits qui confirment le maintien de l’équipe de France ainsi que le devenir des membres de l’encadrement ».

Le CFEPHN accueille seize militaires à Gap-Tallard : douze parachutistes sportifs de haut niveau et quatre cadres. Il est installé à Gap-Tallard depuis 1986.

LA CGT S’INQUIETE POUR LE PERSONNEL CIVIL DE LA BASE DE DEFENSE DE GAP

Dans un communiqué, les élus CGT du personnel civil de la base de défense de Gap disent ne pas comprendre la dissolution du CFEPHN de Gap-Tallard. « Tant de représentativité du savoir-faire français dans le monde ne peut disparaître de cette manière ! Tant de champions d’Europe et du monde ne peuvent pas être autant méprisés ».

La CGT s’inquiète pour le Groupement de soutien de la base de défense de Gap, qui est « sur la sellette, et des fermetures de sites sont programmées dans les Hautes-Alpes. Le maintien opérationnel de nos camarades militaires est exécuté en collaboration par les services publics du soutien qui enveloppent 90% des personnels civils et qui eux aussi seront impactés par cette réforme. Nous ne sommes pas sûrs que les externalisations programmées seront aussi efficaces, et ce n’est pas sûr que cela soit moins cher… »

Matheron campagne tirage au sort

+ Sur le même sujet...