Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Loup

Le préfet autorise l’abattage de trois loups dans le Queyras et le Dévoluy

Ainsi qu’il l’avait annoncé lors de la Fête de la pomme à Ventavon, le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, a décidé d’autoriser des tirs de prélèvement pour trois loups dans les secteurs du Queyras et du Dévoluy, « à la suite d’une augmentation extrêmement importante d’attaques de loups sur une grande partie du département ». A Ventavon, M. Besnard avait cependant noté que les arrêtés qu’il avait signés en 2013 n’avaient permis qu’un seul prélèvement de loup.

Un communiqué de la préfecture, publié ce vendredi en fin de matinée, précise qu’un tir de prélèvement sera organisé pour deux loups dans le Dévoluy, entre le 14 septembre et le 13 novembre, selon les procédures expérimentales prévues par l’arrêté du 5 août 2014. Il sera placé sous le contrôle du chef du Service départemental de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et dirigé par un lieutenant de louveterie. L’arrêté du 5 août dernier, cosigné par les ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture, autorise des opérations de destruction de loups lors de battues notamment. Cinq associations écologistes (l’association pour la protection des animaux sauvages, Ferus, France Nature Environnement, la Ligue de protection des oiseaux et One Voice) ont déposé un recours contre cet arrêté devant le Conseil d’État.

La préfecture indique qu’un tir de prélèvement classique sera déclenché pour un troisième loup, à Ceillac. Elle annonce par ailleurs qu’un « second arrêté de tir de prélèvement expérimental est également en préparation ».

Par ailleurs, la préfecture rappelle aux éleveurs dont les troupeaux sont victimes d’attaques de loup qu’ils doivent « systématiquement faire la demande aux services de l’État des tirs de défense ou de défense renforcée. En effet, le préfet ne peut autoriser des tirs de prélèvement que si les éleveurs eux-mêmes ont formulé ces demandes préalables. »


+ Sur le même sujet...