Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Karine Berger AN

Pour Karine Berger, Hollande devra se soumettre aux primaires

14 Sep 2014 - 17:34

Dans un entretien publié ce dimanche par le site FranceTVinfo.fr, la députée (PS) des Hautes-Alpes, Karine Berger, confirme qu’elle accordera sa confiance, ce mardi, au Premier ministre. « En dépit des divergences que l’on peut avoir avec Manuel Valls, il faut que le gouvernement obtienne la confiance », indique-t-elle. « Pour n’importe quel député de la majorité : dire oui au gouvernement, c’est dire oui à la gauche. »

Pour autant, Mme Berger réitère son souhait d’un profond changement des institutions, ainsi qu’elle l’explique avec d’autres députés socialistes dans le livre Contre la mort de la gauche. « Je propose, avec d’autres députés, de supprimer la fonction de Premier ministre, d’enlever au président de la République le droit de dissolution, de renforcer le rôle des députés, notamment en leur donnant un droit de veto sur les nominations des ministres, explique la députée et conseillère municipale de Gap. Cela participera à un rééquilibrage nécessaire du pouvoir entre l’exécutif et le législatif. Et permettra de protéger davantage le président en renforçant la responsabilité politique du Parlement. »

Interrogée quant à une éventuelle candidature de François Hollande à sa propre succession, Karine Berger considère que « la question du candidat PS à l’élection de 2017 se posera quand nous aurons été au bout de ce calendrier politique, au plus tôt mi-2016. Je souhaite que le processus de la primaire soit reconduit à ce moment-là. » Y compris si François Hollande est candidat. « Aux Etats-Unis, Barack Obama est repassé par une primaire en 2012, rappelle-t-elle. Il n’y a rien de déshonorant là-dedans. La primaire, c’est une chance, une modernité. Cela donne au candidat une vraie force politique. Il serait dommage d’y renoncer. »


+ Sur le même sujet...