Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
COmpteurs

Précarité : ERDF veut limiter les 30 à 40 fermetures de compteur par semaine

Trente à quarante foyers des Hautes-Alpes sont privés de fourniture d’électricité chaque semaine pour défaut de règlement de leurs factures. Le chiffre a été précisé par Christian Pelletier, directeur ERDF Alpes du Sud, ce mercredi, à l’occasion de la signature d’une convention avec l’ADIL 05 (Agence départementale d’information sur le logement) sur la « médiation sociale ».

Le but de cette convention est de « réduire le nombre de foyers menacés de coupure », indique Roger Didier, maire de Gap et président de l’ADIL. « Il faut pouvoir orienter ces personnes en difficulté vers des propositions d’apurement de la dette mais aussi les sensibiliser aux écogestes pour mieux contrôler leur consommation. »

La convention de "médiation sociale" a été signée par le directeur d'ERDF Alpes du Sud, Christian Pelletier, et le président de l'ADIL 05, Roger Didier, en présence des équipes des deux structures.
La convention de « médiation sociale » a été signée par le directeur d’ERDF Alpes du Sud, Christian Pelletier, et le président de l’ADIL 05, Roger Didier, en présence des équipes des deux structures.

« Ce n’est pas simple pour les salariés d’ERDF de couper un compteur électrique lorsqu’une facture n’est pas réglée », observe M. Pelletier. « Mais ce n’est pas évident pour nos agents, qui sont d’abord des techniciens, de faire de la médiation sociale. Il était donc intéressant d’expérimenter cette démarche avec un organisme tel que l’ADIL. Il s’agit aussi d’éviter d’ajouter des frais de coupure et de rétablissement à des clients déjà en difficulté, et pour cela, il est nécessaire d’agir en amont. »

Concrètement, ERDF adressera chaque semaine à l’ADIL un fichier des clients susceptibles de subir une coupure de leur compteur. L’ADIL contactera systématiquement les personnes concernées pour évoquer avec eux une aide possible au titre du FSL (Fonds social pour le logement) ou un plan d’apurement de la dette, en fonction des situations particulières. « Nous réaliserons aussi un travail de sensibilisation à la consommation », explique la directrice de l’ADIL, Virginie Bessoles.

La convention a été signée pour une durée d’un an et pour un montant de 8000€.


+ Sur le même sujet...