Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Lettret

Lettret : le siège vacant pourvu dès le premier tour

Les électeurs de Lettret étaient convoqués, ce dimanche, pour un scrutin municipal partiel destiné à pourvoir un siège à la suite de l’annulation du second tour des municipales de mars dernier par le tribunal administratif. Jean-Claude Lafont, 64 ans, seul candidat en lice, présenté par la majorité en place et le maire Rémy Oddou, a été élu en recueillant 60 voix. 38,07% des 176 électeurs se sont déplacés aux urnes, et seuls sept d’entre eux ont déposé un bulletin blanc (4) ou nul (3).

Vanessa Aye, adjointe au maire sous la précédente mandature et élue en mars dernier avant d’être invalidée, ne s’était pas représentée. Jean-Michel Portigliatti, qui avait été le seul de la liste de la nouvelle majorité à ne pas être élu, avait fait de même.

« Même si tout n’est pas rose, on est sur la bonne voie pour la fin des batailles de clans à Lettret », estime le maire, Rémy Oddou. « J’en veux pour preuve qu’il n’y ait pas eu de candidat de l’ancienne municipalité. Nous allons travailler pour les Lettretiens, c’est vraiment la volonté de l’équipe. »

Le retrait de Jean-Michel Portigliatti, ancien maire de Lettret, est-il de nature à y contribuer ? « Il a eu beaucoup de sagesse », considère Rémy Oddou. « Il a compris que son nom faisait polémique, il en a tiré les conséquences, même s’il continue de nous soutenir, et je l’en remercie. »

Le conseil municipal se réunira le 4 octobre prochain. Il se prononcera notamment sur une purge de falaise au-dessus du village, à la suite de la chute d’une pierre qui a touché une maison, sur la création d’un poulailler municipal, destiné à accueillir une partie des déchets organiques, et la modification du PLU (plan local d’urbanisme). « Nous avons l’impression que la dernière révision s’est faite contre certains habitants », relève M. Oddou. « Nous souhaitons engager une grande concertation pour modifier ce PLU, tout en conservant le cadre de vie de Lettret. On va prendre notre temps pour le faire, probablement un an. »

(Photo d’archives Google Street View)


+ Sur le même sujet...