Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Gendarmerie (4)

Gendarmerie : le capitaine Daisy Fiumara à la tête de la compagnie de Gap

C’est une première, comme l’avait révélé L’e-media 05 cet été. Une femme officier, le capitaine Daisy Fiumara, a pris officiellement le commandement de la compagnie de Gap, ce mercredi, lors d’une prise d’armes au groupement de gendarmerie départementale des Hautes-Alpes.

Le capitaine Fiumara est désormais à la tête des 117 militaires de la compagnie de Gap, des cinq communautés de brigades de Veynes, Serres, La Saulce, Saint-Bonnet-en-Champsaur et Chorges, des brigades autonomes du Dévoluy et de Laragne-Montéglin, de la brigade de recherches de Gap et du PSIG (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) de Gap.

Le capitaine Daisy Fiumara a pris ses fonctions lors d'une cérémonie présidée par le lieutenant-colonel Christian Flagella, commandant le groupement de gendarmerie des Hautes-Alpes.
Le capitaine Daisy Fiumara a pris ses fonctions lors d’une cérémonie présidée par le lieutenant-colonel Christian Flagella, commandant le groupement de gendarmerie des Hautes-Alpes.

Originaire de Cannes, cet officier a suivi des études de droit avant d’intégrer la gendarmerie mobile à Lyon de 2005 à 2008, puis d’être affectée à Avignon pendant trois ans et de commander une compagnie d’élèves-gendarmes à l’école de Montluçon, jusqu’à sa nomination à Gap.

« Le commandement est avant tout un engagement personnel », a souligné le lieutenant-colonel Christian Flagella, commandant le groupement de gendarmerie des Hautes-Alpes, en accueillant le capitaine Daisy Fiumara. « Le chef comme le subordonné tire l’autre vers le haut, mais le chef reste le chef. »

Une fois n’est pas coutume, le capitaine Fiumara a remercié son époux, lui-même gendarme et nouvellement affecté à Gap, qui s’occupe souvent de leurs deux filles de 2 et 4 ans, « lors de mes départs inopinés ou quand je rentre tard ». Elle a également fait part de sa « totale détermination » dans ses nouvelles fonctions. Si elle confie que, de l’avis de ses subordonnés, le commandement d’une femme est différent, elle ajoute aussitôt qu’elle sait « obtenir ce qu’elle demande »…

La cérémonie s’est déroulée en présence du secrétaire général de la préfecture, François Drapé, de plusieurs élus (Christine Nivou, suppléante de la députée Karine Berger, Marcel Cannat, représentant Jean-Yves Dusserre, sénateur et président du Conseil général, Bernard Mathieu, maire de Serres, Rémi Costorier, conseiller général de Barcillonnette…), de la présidente du tribunal de grande instance, Isabelle Defarge, du procureur de la République, Raphaël Balland, du directeur départemental de la sécurité publique, le commissaire Pascal Manicacci…