Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Une délégation d'enseignants (SNUipp, Sud Education, CGT et Sgen-CFDT) a été reçue par le maire de Gap, Roger Didier.Une délégation d'enseignants (SNUipp, Sud Education, CGT et Sgen-CFDT) a été reçue par le maire de Gap, Roger Didier.

Gap : un catalogue d’activités périscolaires sera disponible dès le 16 octobre

6 Oct 2014 - 15:10

Le maire de Gap, Roger Didier, a annoncé aux syndicats enseignants qu’un catalogue d’activités périscolaires serait disponible à partir du 16 octobre « afin de pouvoir demander dans une école telle ou telle activité, proposer les activités en fonction des projets des écoles ». Selon un communiqué commun des syndicats (CGT Educ’Action, Sgen-CFDT, SNUipp-FSU et Sud Éducation), la mise en place des activités montera «en puissance» à partir du 3 novembre.

Les syndicats enseignants (notre photo) ont été reçus pendant deux heures et demie, ce samedi matin, par le maire de Gap, Roger Didier, alors que 250 personnes manifestaient rue Colonel-Roux contre la façon dont la réforme des rythmes scolaires a été mise en oeuvre par la municipalité.

Lors de cette rencontre, le maire a annoncé que « les conseils d’école pourront de nouveau faire remonter les horaires les mieux adaptés afin que chaque spécificité d’école soit reconnue. Une commission d’harmonisation des différentes propositions d’horaires, en vue de les faire valider lors du CDEN (Conseil départemental de l’Education nationale), sera mise en place », d’après le communiqué des syndicats.

Par ailleurs, « les listes des enfants par niveau, restant pendant le temps d’activité péri-scolaire (NAP) seront envoyées aux agents faisant les NAP mais également aux enseignants via les directeurs d’école qui pourront s’en emparer pour organiser au mieux la sortie de classe de fin d’après-midi », selon les syndicats. « Des réunions techniques seront mises en place pour «caler» les fonctionnements des NAP et leurs incidences sur les écoles : sécurité, matériels, locaux… (écoles, mairie, référents NAP) ; un référent municipal par école et son suppléant seront connus par les équipes enseignantes et les parents afin de faciliter la jonction entre temps scolaire et temps municipal ; l’achat de matériel pour les NAP suit la procédure d’appel d’offres. »

Roger Didier a expliqué aux représentants des enseignants que « la majorité des intervenants NAP étaient diplômés, en reconnaissant également qu’une formation pourrait s’avérer utile, mais sans pour l’instant évoquer un plan de formation ; le maire a mis en avant sa volonté de stabiliser les intervenants sur une période minimum d’un trimestre ». Selon les syndicats, le maire « refuse de revenir sur la rémunération précaire des surveillants des études, qui sont basés désormais sur le Smic horaire ».

Les syndicats déplorent enfin qu’il n’y ait, « à ce jour, aucune avancée sur l’intervention des personnels municipaux type ETAPS sur le temps scolaire (le maire reconnaît volontiers contrairement à ce qu’il affirmait ces derniers jours, qu’aucune loi ne l’oblige à retirer les ETAPS sur le temps scolaire – c’est donc une décision politique) ; la mairie réalise actuellement un inventaire de l’utilisation des ETAPS ».

(Photo FOC)


+ Sur le même sujet...