Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Henri Cosquer

Trescléoux : Henri Cosquer vient parler de la grotte qu’il a découverte

8 Oct 2014 - 19:24

Henri Cosquer, le plongeur de Cassis qui a découvert la grotte sous-marine qui porte désormais son nom dans les calanques de Marseille, évoquera son incroyable aventure le samedi 18 octobre à 17h30, à la salle des fêtes de Trescléoux.

Henri Cosquer était directeur du centre de plongée de Cassis, lors qu’il a découvert l’entrée de cette grotte en septembre 1985. Après plusieurs plongées, il découvre une vaste salle émergée, où se trouvent de nombreuses concrétions (stalactites et stalagmites). Mais il ne voit pas les peintures.

Il laissera sa découverte de côté pour n’y retourner que cinq ans plus tard, en juillet 1991. Par un passage étroit, Henri Cosquer, sa nièce et deux moniteurs de plongée découvrent une deuxième salle s’ouvrant sur une voûte impressionnante, la « Cathédrale ». Sur la paroi, ils remarquent une main peinte. Les explorations suivantes permettront de découvrir plusieurs autres mains et de nombreux animaux peints ou gravés.

« Jusqu’à mon dernier jour, je me souviendrai de ce 9 juillet 1991 quand, par hasard, mon regard s’est posé sur la trace millénaire (- 27.000 ans) d’une main peinte sur la roche, témoigne Henri Cosquer. A cet instant, je n’imaginais pas que la photo de cette main en révélerait deux autres, que nous découvririons bientôt un bestiaire impressionnant, ainsi que des peintures rupestres sous-marines uniques dans le monde… »

Le 1er septembre 1991, trois plongeurs grenoblois meurent noyés dans la galerie d’accès. Ce drame décide Henri Cosquer à déclarer sa découverte aux autorités maritimes. La grotte est explorée par des scientifiques, puis son accès est muré, pour la préserver et éviter de nouveaux accidents.

Désormais inaccessible, la grotte Cosquer est classée monument historique. Elle a été entièrement filmée pour restituer les 500 ornements qu’elle abrite, qui datent de -18.000 à -27.000 ans, pendant la dernière glaciation. La mer était alors 120 mètres au-dessous du niveau actuel. La grotte alors située à l’air libre servait de refuge aux hommes.

Voici le reportage diffusé dans le journal de France 3 Provence-Alpes le 18 octobre 1991 :