Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
La Poste

Gap : plusieurs motions adoptées… avec plus ou moins d’unanimité

Le conseil municipal a adopté plusieurs motions, ce vendredi. La seule à avoir recueilli une réelle unanimité est celle soumise par le maire, Roger Didier, pour demander au gouvernement de ne pas classer Gap dans les zones vulnérables aux nitrates. Jean-Claude Eyraud (Gauche) a cependant estimé que « nous ne ferons pas l’économie d’une réflexion globale sur l’agriculture. Il serait souhaitable de raviver la commission qui associait élus et agriculteurs. »

Une motion de soutien aux notaires, que Me Gonnet était venu présenter en introduction du conseil municipal, a également été adoptée par la majorité, le groupe Gauche-Tous capables et Guy Blanc, les élus PS s’abstenant et Karine Berger ne prenant pas part au vote. Le conseil municipal a par ailleurs adopté une motion contre les projets d’accords de libre-échange transatlantiques.

Dégradation de la distribution du courrier : « Les deux motions sont à des années-lumière »

La motion qui a provoqué le plus de débats est celle concernant la dégradation de la distribution du courrier à Gap. Débats qui se sont soldés par l’adoption de deux motions : l’une par la majorité municipale (le groupe Gauche et Guy Blanc ont voté contre, les élus PS et PCF se sont abstenus), l’autre à l’unanimité de l’opposition (la majorité s’est abstenue). A l’origine, c’est Elsa Ferrero (PCF) qui avait soumis un projet de motion contre la réorganisation des tournées de La Poste à Gap. « La prochaine réorganisation des tournées ne fera qu’ajouter des difficultés à celles dont les Gapençais souffrent déjà : dix tournées sur quarante-quatre seront supprimées, les tournées restantes seront allongées, et de plus en plus de Gapençais risquent de souffrir de la désorganisation du service. Les missions de service public qui sont confiées à la Poste sont aujourd’hui grandement menacées du fait d’une logique de rentabilité et de marchandisation systématique des services. » La motion demande donc à La Poste « de se donner les moyens de maintenir un service public de qualité ».

Sans contester le problème, Roger Didier a proposé une nouvelle rédaction plus « édulcorée », comme l’a relevé Guy Blanc. Dans ce texte, le conseil municipal souhaite notamment que « cette réforme soit mise en place sans porter atteinte à la livraison en temps et en heure des lettres et des colis » et que « la distribution des colis ne connaisse pas les mêmes problèmes » qu’à Noël 2013. « Il y a des années-lumière entre ces deux motions, a déploré Jean-Claude Eyraud. Vous ne parlez pas de service public ! Le problème de fond, il n’est pas dans les colis de Noël ! »

A la demande de M. Eyraud, les deux motions ont été soumises et les deux adoptées avec un nombre de voix évidemment différent. « J’espère que les deux motions seront bien transmises », a indiqué Jean-Claude Eyraud. « Oui, a répondu Roger Didier. Avec le nombre de voix. »


+ Sur le même sujet...