Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Rocade de Gap

Rocade de Gap : les travaux vont débuter grâce aux crédits des collectivités locales

Les travaux de la rocade de Gap vont pouvoir débuter prochainement. Le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, se garde prudemment d’évoquer une date, mais il annonce qu’ils vont être lancés « sur les crédits versés par la Région, le Conseil général et la Ville de Gap ». Le prochain contrat de plan Etat-Région (CPER) doit en effet être approuvé par le conseil régional ce vendredi. Et la rocade de Gap y figure au titre des « priorités 1 ». Parallèlement, « l’Etat a débloqué les crédits permettant de finir d’acheter le foncier. Nous sommes dans la phase d’achèvement des acquisitions de terrains. »

Pour le préfet, « c’est plutôt satisfaisant. Nous aurons certes pris un an de plus, mais qu’est-ce qu’un an de plus pour un projet qui date des années 1970… Par ailleurs, même si ça ne se voit pas, le chantier avance de manière juridique. » Au passage, M. Besnard donne le beau rôle à l’Etat, qui a « réussi à réunir autour de la table les parlementaires et les élus pour pousser dans le même sens », sans s’appesantir sur le fait que les travaux vont précisément s’engager… sans son financement ! Le report sine die de l’écotaxe par le gouvernement prive en effet les projets d’infrastructures de transports de crédits nationaux. « Tout vient de l’écotaxe qui a été votée il y a plusieurs années », se défend le préfet. « Le contrat de plan va assurer le financement du projet, et l’argent de l’Etat arrivera. Il y a un retard d’un an ferme. »

« La mairie de Gap voulait
nous revendre les terrains
au prix du marché »

S’agissant du foncier, « nous avons les crédits qui permettent de tout acheter ». Pierre Besnard observe d’ailleurs avoir eu « quelques soucis avec la mairie de Gap qui voulait nous revendre au prix du marché les terrains qu’elle avait achetés il y a plusieurs années à un tout autre prix. Mais comme le maire voulait avancer sur la rocade, on a pu régler ça rapidement. »

Autre scoop livré par le préfet : le groupement d’entreprises haut-alpines qui avait été candidat au premier marché de la rocade, qui est finalement revenu à la succursale grenobloise d’un groupe national de BTP -provoquant une levée de boucliers de la CCI et de la fédération du BTP- « n’avait pas remis un dossier complet et avait commis plusieurs erreurs dans son offre. L’entreprise l’a reconnu et a d’ailleurs retiré le recours qu’elle avait déposé. »

Pierre Besnard est aussi revenu sur l’inauguration des travaux de dévoiement réalisés par le Canal de Gap en février dernier, en vue de la réalisation de la rocade. « On a accusé le maire de Gap d’en faire une opération électorale, mais c’est moi qui ai poussé à cette inauguration pour montrer symboliquement que le projet avançait », a reconnu le préfet.


+ Sur le même sujet...