Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Ce hangar appartenait à l'Alat. Depuis un an, HDF a investi ce local pour y effectuer les vérifications périodiques des Fennec.Ce hangar appartenait à l'Alat. Depuis un an, HDF a investi ce local pour y effectuer les vérifications périodiques des Fennec.

Tallard : Hélicoptères de France fête la 100e visite périodique des Fennec de l’armée française

16 Oct 2014 - 15:21

Hélicoptères de France maintenance (HDF) a fêté ce jeudi la 100e visite périodique des appareils Fennec de l’armée française sur son site de Gap-Tallard. L’entreprise effectue entre 25 et 30 visites périodiques par an de ces engins militaires (pour les contrôles des 600 heures de vols et des deux ans) pour le compte d’Airbus helicopters, filière avec laquelle le ministère de la Défense, par le biais de la Simmad (structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques de la Défense), a passé un contrat. « La Simmad a lancé un appel d’offres pour le renouvellement de ce marché qui se termine fin 2014 », signale Bruno Louis, agent bureau technique chez HDF maintenance.

Les appareils sont immobilisés cinq à six semaines en moyenne. « L’armée amène la machine ; on a six jours pour en faire l’expertise. Les travaux qui en résultent sont validés par la Simmad, on les exécute. Vingt jours plus tard, l’appareil passe des contrôles en vol », détaille Bertrand Vilmer, PDG de HDF. « Pour l’expertise, on démonte, on vérifie toutes les pièces. Celles qui sont défectueuses sont remises en état puis reposées sur les machines », ajoute Bruno Louis.

Des représentants d’Airbus, de la Simmad, de l’armée de l’Air, de la direction générale de l’Armement et des institutionnels, dont le président de la CCI Maurice Brun, et Aïcha-Betty Degrill, représentant la ville de Gap au Sivu de l’aéropôle Gap-Tallard, ont visité le hangar où se déroulent ces visites périodiques. Cet endroit appartenait initialement à l’Alat (aviation légère de l’armée de Terre) ; il est occupé depuis un an maintenant par Hélicoptères de France. « Les visites périodiques des Fennec se déroulaient auparavant au siège principal », précise Bruno Louis. Car quelques centaines de mètres séparent les deux sites sur l’aéropôle. Le hangar destiné aux Fennec se situe à côté de Polyaéro, le futur centre de formation aux métiers de l’aéronautique légère qui devrait ouvrir à la rentrée 2016. Une aubaine pour HDF qui a bien du mal à recruter des mécaniciens spécialisés dans les hélicoptères. « On pense que ça va susciter des vocations, qu’une fois que les stagiaires auront goûté au travail, ils voudront rester ici, espère Bertrand Vilmer. Ces difficultés à recruter peuvent être un frein à la croissance de certaines entreprises », fait-il observer.


+ Sur le même sujet...