Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Majorité départementale

Elections départementales : la majorité veut réserver la priorité aux sortants

Au lendemain des élections sénatoriales, qui ont tiraillé la majorité départementale avec deux candidatures concurrentes (Jean-Yves Dusserre et Jean-Michel Arnaud), le groupe « Priorité Hautes-Alpes » (droite et centre) s’est réuni pour évoquer les prochaines élections départementales de mars 2015. Selon un communiqué publié ce mardi, la majorité sortante souhaite réserver la priorité à ses « membres actuels candidats ». « Fort de sa gestion rigoureuse et équitable, le groupe majoritaire départemental souhaite mettre en avant, ceux et celles qui ont travaillé avec détermination et conviction à la réussite de son projet », souligne « Priorité Hautes-Alpes ».

La configuration de ce scrutin va cependant considérablement évoluer. Le nombre de cantons a non seulement été divisé par deux, mais les candidatures devront obligatoirement respecter la parité avec l’instauration d’un binôme homme-femme qui représentera chacun des 15 nouveaux cantons.

Des choix contraints pour la droite
dans le Champsaur-Valgaudemar
et le Guillestrois-Queyras

Si quelques rares sortants ont d’ores-et-déjà annoncé qu’ils ne se représenteraient pas (Jean-Luc Lombard, Monique Estachy…), la plupart se verraient bien poursuivre leur mandat à l’Hôtel du département. Mais la nouvelle carte des cantons risque de susciter quelques tiraillements à droite car elle impliquera des choix contraints. Avec la création du canton Champsaur-Valgaudemar, Jean-Yves Dusserre et Patrick Ricou, vice-président aux Finances, ne pourront pas être candidats tous les deux, sauf à ce que l’un soit suppléant de l’autre, ou, encore moins probablement, qu’ils soient candidats l’un face à l’autre… Même chose dans le Guillestrois-Queyras, désormais réunis, et qui comptent deux sortants de la majorité : Marcel Cannat, vice-président aux Routes et nouveau président du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours), et Jean-Louis Poncet, conseiller général d’Aiguilles.

A cela s’ajouteront d’autres velléités de candidatures. Dans le Briançonnais, où deux cantons sont créés, une primaire à droite s’annonce dans le canton de Briançon-Serre Chevalier-La Grave entre Xavier Cret, conseiller général sortant de La Grave, qui a annoncé sa candidature (et qui reçoit donc le soutien de la majorité départementale), et Arnaud Murgia, candidat UMP malheureux aux municipales à Briançon. Romain Gryzka, leader de l’opposition de droite à Briançon, est quant à lui annoncé dans le canton de Briançon-Clarée, où il avait déjà été candidat en 2011 face au sortant, Gérard Fromm (PS). A Gap, le scrutin sera également disputé et le maire, Roger Didier, qui ne s’est pas encore prononcé sur son choix entre les élections départementales et régionales, entend de toute façon peser sur les désignations de candidats. Durant la campagne des municipales, il avait clairement indiqué qu’il souhaitait que sa municipalité soutienne des candidats dans les cantons de la ville.

Dans son communiqué, la majorité dit être « consciente que le redécoupage des cantons va générer une approche différente, en raison de la parité et du renouvellement total de l’assemblée ». Priorité Hautes-Alpes précise par ailleurs que « la campagne sera lancée et s’organisera d’une manière plus précise quand les dates du scrutin seront fixées définitivement ; les «binômes» hommes/femmes seront connus ; les partis politiques de droite et du centre auront fait connaître leur position ».

L’UDI souhaite en effet être présente dans ce scrutin. Sa présidente, Chantal Eyméoud, a annoncé qu’elle souhaitait un accord avec l’UMP pour les investitures aux élections départementales.


+ Sur le même sujet...