Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Tribunal (3)

Infanticide de Puy-Saint-Vincent : dix ans de prison requis contre la mère

L’avocate générale Inès Delay a requis dix ans d’emprisonnement à l’encontre de Coralie, cette femme de 30 ans accusée d’avoir tué son bébé à la naissance, en février 2012 à Puy-Saint-Vincent. L’audience doit se poursuivre ce vendredi après-midi avec la plaidoirie de Me Charmasson pour la défense de l’accusée. Le verdict est attendu en fin d’après-midi.

LIRE EGALEMENT
> La mère condamnée à sept ans de prison

« Qu’est-ce qu’il y a de plus grave que tuer un enfant ? » a interrogé Mme Delay. « C’est la personne la plus vulnérable qui soit. Deux ans après les faits, a-t-elle compris ce qui s’est passé ? La condamnation, c’est aussi pour l’accompagner. Je ne dis pas que c’est une personne dangereuse, mais je suis inquiète pour la suite. Elle a déjà fait le choix d’accoucher sous X une première fois et d’avorter la deuxième fois, et c’était parfaitement son droit, et elle a tué son troisième enfant. Que fera-t-elle s’il y en a un quatrième ? »

Pour l’avocate générale, « la question est de savoir quel message on veut donner à l’accusée, au père de l’enfant et à la société. Que tuer un enfant, ça arrive ? Que ce n’est pas grave ? On n’a pas le droit de tuer quelqu’un parce qu’on estime qu’il est encombrant. Et, pour moi, la punition devra passer par la prison. »

Inès Delay considère que dix ans d’emprisonnement constituent « une peine juste et comprise de tous ». L’avocate générale demande également à la cour d’assises de condamner Coralie à un suivi sociojudiciaire de cinq ans, qui s’appliquerait au terme de sa peine de prison. Et de fixer à deux ans la peine d’emprisonnement à laquelle elle s’exposerait en cas de non-respect de ses obligations.


+ Sur le même sujet...