Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
"Se contenter de dire non (à la suppression des conseils généraux) est un non-sens", a estimé Christian Graglia, au nom de l'opposition départementale."Se contenter de dire non (à la suppression des conseils généraux) est un non-sens", a estimé Christian Graglia, au nom de l'opposition départementale.

Elections départementales : il n’y aura pas d’union de la gauche en mars

Les tentatives d’union de la gauche en vue des élections départementales de mars 2015 ont échoué. Une réunion s’était déroulée le 11 novembre dernier, au siège du PS à Gap, à l’initiative d’Europe Ecologie-Les Verts, qui souhaitait une union des « forces politiques progressistes ». Seul Ensemble, composante du Front de gauche dont fait notamment partie Jean-Claude Eyraud, avait refusé d’y participer. «Cette union n’aurait pour nous aucun sens : ce parti est le dernier soutien (avec le MEDEF) de la politique austéritaire du gouvernement», avait indiqué Ensemble. «L’objectif en est principalement un partage des postes éligibles et une union de façade entre appareils. » Le PCF, qui avait participé à la réunion du 11 novembre, a également exclu une « alliance générale », en annonçant son souhait de présenter des candidats sous ses propres couleurs « dans le maximum de cantons », selon l’un de ses secrétaires départementaux, Jérôme Emanuel.

Dans un communiqué publié ce lundi, EELV constate que sa démarche a échoué. « Cette proposition visait à mettre en place, à l’échelle départementale, une plateforme de rencontre de l’ensemble des forces politiques progressistes et de la société dite « civile », le périmètre des organisations, associations et citoyens invités à cette démarche ayant vocation à être le plus large possible », indique le parti écologiste. « Cette démarche d’union ne pouvait fonctionner qu’avec l’adhésion du plus grand nombre de formations politiques. » Dans « l’obligation d’acter l’échec de cette tentative d’union », EE-LV indique qu’il « déterminera très prochainement son positionnement ».

De son côté, le PCF réunira son conseil départemental le 29 novembre, avant de rencontrer Ensemble le 6 décembre. « Nous avons participé à la réunion du 11 novembre car il y avait nécessité d’un échange de points de vue, mais nous allons essayer de partir dans le maximum de cantons avec tous les gens qui sont contre la politique d’austérité du gouvernement, explique Jérôme Emanuel. Rien ne s’oppose à une alliance avec EELV, qui a quitté le gouvernement, même s’il est sûr qu’il y a des différences. Il ne suffit pas de gagner, il faut faire campagne pour demander une politique de gauche. » Au demeurant, le cosecrétaire départemental du PCF n’exclut pas « des accords ponctuels » avec des candidats socialistes « qui nous demanderaient notre soutien et qui afficheraient leur hostilité à la politique actuellement menée », sachant « qu’il y a des endroits où il faudra s’allier pour battre la droite ». M. Emanuel précise cependant que cette possibilité « devra être approuvée par les camarades le 29 novembre ».

(Notre photo : les bancs de l’opposition au Conseil général)


+ Sur le même sujet...