Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus

Joël Giraud : « Je suis solidaire d’une majorité »

Joël Giraud, entouré de son équipe parlementaire et de sa suppléante Claire Bouchet, a évoqué quelques sujets d'actualité.
Joël Giraud, entouré de son équipe parlementaire et de sa suppléante Claire Bouchet, a évoqué quelques sujets d’actualité.

Le député (PRG) Joël Giraud a dressé le bilan des dix-huit premiers mois de sa nouvelle mandature, ce lundi soir, à la mairie de Chorges. « Ma présence à l’Assemblée nationale fait partie des choses importantes », a estimé Joël Giraud, qui a indiqué être en 5e position dans le palmarès des députés ayant le plus posé de questions orales au gouvernement. « Je suis solidaire d’une majorité », a-t-il précisé. « Lorsque j’estime que des textes sont contraires aux intérêts locaux, je ne les vote pas. » Cela a notamment été le cas du redécoupage des cantons. « J’aurais préféré un scrutin proportionnel, c’était plus clair et plus simple pour la parité » des futurs conseils départementaux. « J’ai aussi fait entendre ma différence sur la loi bancaire, même si j’ai fini par la voter. »

Après la projection d’un film évoquant son mandat, Joël Giraud a évoqué devant l’auditoire les débats de ces derniers jours. Notamment l’écotaxe. « On a fait l’inverse des autres pays, qui ont décidé de taxer le trafic international. Nous, la seule route taxée, c’est La Saulce-Gap-Grenoble, ce qui va surtout concerner des entreprises locales. On va faire payer un camion qui transporte des pommes de La Saulce à Grenoble, et un poids lourd qui fera Turin-Barcelone paiera certes l’autoroute, mais pas d’écotaxe », a-t-il déploré.

Il est également revenu sur la question des autoentrepreneurs et du texte en discussion sur les très petites entreprises. « Je n’ai rien contre les autoentrepreneurs, mais il faut que les règles et les avantages soient les mêmes pour tous, a expliqué Joël Giraud. Il faut prendre ce qu’il y a de bon dans le régime des autoentrepreneurs pour l’étendre aux TPE, et éviter la concurrence déloyale. » Il a salué les avancées réalisées « grâce à l’écoute de la ministre, Sylvia Pinel ».

Le député-maire de L’Argentière-la-Bessée a par ailleurs évoqué la fin de vie : « Il faut légiférer pour que chacun choisisse sa mort. Je regrette que ce chantier ne soit pas mis sur la table, à cause de lobbys, notamment religieux. »

Une seule question a été soulevée par un membre de l’assistance : elle concernait le projet de centrale électrique au bois, qui va être exploitée à Gardanne par le groupe allemand EON et qui nécessite des volumes très importants de bois. La suppléante de M. Giraud, Claire Bouchet, y a vu « une aberration : cette centrale produira de l’électricité mais ne récupère pas du tout la chaleur. Pour le moment, EON a surtout démarché les communes et propriétaires privés des Alpes-de-Haute-Provence, mais il peut y avoir un problème dans notre département avec la forêt privée ». Joël Giraud a relevé les problèmes que ce projet pourrait générer en termes de transports sur les routes.


+ Sur le même sujet...