Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Gap en + grand (3)

L’agglomération gapençaise devient « Gap en + grand »

Gap en + grand (1)La communauté d’agglomération du Gapençais a désormais une nouvelle identité et un nouveau logo : « Gap en + grand, l’agglo Gap-Pelleautier La Freissinouse ». Ce nouveau nom a été dévoilé, ce jeudi, par le président de l’agglo, Roger Didier, maire de Gap, les maires de Pelleautier et La Freissinouse, Christian Hubaud et Jean-Pierre Coyret, tous deux vice-présidents, et Monique Para, vice-présidente chargée de la communication. « La communauté d’agglomération a été mise en place au 1er janvier 2014 et il était important de donner une identité à cette nouvelle structure », indique M. Didier. « La difficulté consistait à poser le présent et à faire de la prospective en même temps sur ce qui peut se passer dans l’avenir. »

« Nous avons travaillé en équipe sur ce projet, dont le coût est très réduit puisque ce travail a été réalisé en interne », souligne Monique Para. En tout cas, « même s’il va susciter des réactions, peut-être des critiques aussi », comme le reconnaît Roger Didier, il a fait l’unanimité au sein du bureau de la communauté d’agglomération, y compris chez les élus de Pelleautier et La Freissinouse même si Gap est mis en avant jusque dans la présence de son logo dans celui de l’agglo. Jean-Pierre Coyret serait même tenté d’y ajouter un slogan : « Gap est plus grand, on a plus de services et on dépense moins »…

« Nous ne fermons pas la porte à l’élargissement » mais… pas avant 2017

Cette nouvelle identité « ne ferme pas la porte » à un futur élargissement du périmètre, « dont nous savons qu’il arrivera tôt ou tard », observe le maire de Gap. « Mais nous voulons d’abord faire l’apprentissage du vivre ensemble. Nous voulons que les autres communes qui n’ont pas voulu prendre le train avec nous, nous disent que, finalement, c’est une belle opération. »

Le préfet Pierre Besnard a pourtant martelé sa volonté d’élargir rapidement la communauté d’agglomération. « L’Etat semble plus pressé que nous », reconnaît Roger Didier. Nous sommes des républicains, nous respecterons la législation lorsqu’elle s’appliquera. En attendant, nous voulons approfondir notre phase d’apprentissage et d’expérimentation. Ce ne sera que quand l’Etat nous en fera l’obligation que nous nous ouvrirons. » En d’autres termes, les élus de l’agglo attendront le 31 décembre 2016, délai que prévoit de fixer le projet de loi. « La décision d’élargir l’agglomération appartient aux élus »,  estime Christian Hubaud. « Je préfère que ce soit partagé et non imposé. »

Roger Didier a précisé avoir « eu des demandes de communes proches qui, soit s’interrogent, soit, pour une ou deux, sont prêtes à nous rejoindre. Je ne les citerai pas. Mais nous préférons prendre le temps. »

Dans un communiqué, Jean-Claude Eyraud, conseiller communautaire d’opposition (groupe Gauche), relève que « cette décision a été prise en petit comité. Le périmètre actuel de l’agglo n’est pas à la hauteur des enjeux. Je pense que la nouvelle identité qui a été choisie ne favorisera pas l’élargissement de l’agglo, bien au contraire. »


+ Sur le même sujet...