Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
RD Technologies et CAR, l'entreprise qu'elle a racheté en Touraine, sont présentes dans le marché de niche de la chaudronnerie spécialisée (photo RD Technologies).RD Technologies et CAR, l'entreprise qu'elle a racheté en Touraine, sont présentes dans le marché de niche de la chaudronnerie spécialisée (photo RD Technologies).

Veynes : RD Technologies rachète une entreprise de Touraine

19 Fév 2014 - 16:30
RD Technologies et CAR, l'entreprise qu'elle a racheté en Touraine, sont présentes dans le marché de niche de la chaudronnerie spécialisée (photo RD Technologies).
RD Technologies et CAR, l’entreprise qu’elle a racheté en Touraine, sont présentes dans le marché de niche de la chaudronnerie spécialisée (photo RD Technologies).

RD Technologies, le fleuron veynois de l’industrie de la pièce détachée pour four de traitement thermique, a récemment racheté l’entreprise CAR, implantée en Touraine. Les deux entreprises se côtoyaient depuis plus de 20 ans dans ce même marché de niche qu’est la chaudronnerie spécialisée, tout en proposant des produits différents. « RD Technologies conforte ainsi sa position de leader », indique l’entreprise veynoise.

Le rachat est intervenu voilà quatre mois, lorsque le gérant fondateur de CAR a voulu prendre sa retraite et transmettre son entreprise. Avec cette fusion, l’objectif de Michel Vrinat, président de RD Technologies, est de développer le chiffre d’affaires de CAR (1,3 à 1,6 M€ annuels), désormais rebaptisée CAR RD Group, pour « l’amener au-delà de 2 M€ d’ici trois ans ». Pour RD Technologies, le but est de maintenir son chiffre d’affaires (8 à 9 millions d’euros), sachant que « son évolution est liée à deux facteurs : le coût des matières premières (nickel notamment) et la conjoncture ».

« CAR est une société qui a une implantation dans le Centre de la France et qui, historiquement, fournit des clients français », analyse Michel Vrinat. « L’entreprise travaillait sur son panel de clients, et ses actions commerciales étaient très limitées. A l’inverse, RD Technologies a développé un réseau commercial très vaste sur toute l’Europe, avec des commerciaux salariés, un directeur export et seize agents répartis dans la plupart des pays européens. Aujourd’hui, nous réalisons 55 à 60 % de notre chiffre d’affaires à l’export. Ce réseau commercial propose donc une gamme de produits élargie aux savoir-faire de CAR. »

Autre avantage de cette fusion, selon le chef d’entreprise : la possibilité de « se positionner sur des produits pour lesquels nous n’étions pas bien placés. CAR produit plutôt de plus petits modèles que RD Technologies, ainsi que quelques spécialités qui constituent des « plus » pour nous. De plus, la petite taille de CAR va permettre d’améliorer encore la réactivité et la souplesse de production. »

Enfin, Michel Vrinat annonce « des gains significatifs au niveau des achats », grâce à la fusion des deux entreprises.

Ce rachat n’a pas entraîné de changements au niveau des effectifs. « Nous avons gardé l’ensemble du personnel », précise le président de RD Technologies. Soit 32 personnes à Veynes et sept à Château-Renault.  « Nous avons recruté un directeur pour le site de Touraine, afin de remplacer le gérant qui nous a vendu CAR. »

Michel Vrinat constate que « l’état du marché est morose en France, où il est sous-tendu par celui de l’automobile. C’est différent à l’export, en particulier en Allemagne, en Scandinavie, aux Pays-Bas et même dans certains pays d’Europe de l’Est. Nous avons aussi le sentiment que ça bouge en Italie. Dans une conjoncture telle que celle-là, il est important d’agir. »

Matheron campagne tirage au sort