Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Les élus ont inauguré ce lundi le PRM de Pelleautier...Les élus ont inauguré ce lundi le PRM de Pelleautier...

Alpes du Sud : 12,5 M€ de travaux réalisés en 2014 pour le haut débit en zone rurale

C’est Antonaves qui a ouvert la marche, le 10 octobre dernier, avec l’inauguration du premier point de raccordement mutualisé (PRM) par la secrétaire d’Etat au Numérique, Axelle Lemaire. Ce lundi, Christine Nivou, présidente du SMO (syndicat mixte ouvert) Provence-Alpes-Côte d’Azur THD (Très haut débit), et Gérard Tenoux, vice-président du SMO, ont inauguré trois nouveaux PRM à Pelleautier, Montmaur et Aspremont. D’ici la fin de l’hiver, 32 sites sur 27 communes des Hautes-Alpes seront ainsi accessibles à la fibre optique et donc au haut ou au très haut débit. « 12.000 abonnés sont en passe de voir leur accès à Internet grandement amélioré », se félicite Mme Nivou.

12,5 millions d’euros de travaux ont été réalisés en 2014, qui ont bénéficié en partie à trois entreprises des Alpes du Sud (dont Etec à Gap). Le plan quinquennal prévoit un investissement total de 100 M€ d’ici 2019 avec l’objectif d’améliorer le débit de 80.000 lignes des Alpes du Sud. Ce vaste chantier est financé par l’Etat, l’Union européenne, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et les Conseils généraux des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence.

« C’est une grande fierté d’avoir fait le bon choix au Conseil général pour que le département s’oriente en 2011 vers un schéma de développement numérique que le SMO est en train de mettre en oeuvre », souligne Gérard Tenoux, conseiller général, rappelant que le Conseil général va consacrer 9 M€ à ce plan quinquennal. « Maintenant, il est aussi important de travailler sur les usages. Ce n’est pas le tout d’avoir les tuyaux, encore faut-il en faire quelque chose. Nous travaillons sur un schéma en termes de santé, de services… »

« Il faut maintenir la pression
sur les opérateurs »

La députée Karine Berger relève d’ailleurs que, « au-delà de la vie quotidienne des gens, il faut voir tout ce que cette initiative peut amener pour le département. Un exemple : le fantastique projet Noema sur le plateau de Bure, qui va devenir le principal observatoire de l’hémisphère Nord. Encore faut-il pouvoir transmettre les observations. Le SMO est en train de construire l’accompagnement numérique de Noema. » Christine Nivou précise que le chantier doit être engagé dans le cadre d’un accord avec le Conseil général de l’Isère, « solution la plus simple et la moins chère ».

Mme Berger indique aussi veiller à « maintenir la pression sur les opérateurs. Car, si le SMO met en place le réseau, il faut ensuite une offre commerciale derrière. Orange joue le jeu. » En 2015, une délégation de service public devrait être conclue pour exploiter le réseau du SMO. Ce délégataire sera ensuite chargé de travailler avec les opérateurs qui commercialiseront l’offre auprès des abonnés.


+ Sur le même sujet...