Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Joël Giraud a interrogé le gouvernement sur les problèmes liés à l'irrigation et à la loi sur l'eau.Joël Giraud a interrogé le gouvernement sur les problèmes liés à l'irrigation et à la loi sur l'eau.

Joël Giraud a voté contre le budget 2015, qui a cependant été adopté

16 Déc 2014 - 22:48

Le député (PRG) des Hautes-Alpes, Joël Giraud, a voté contre le projet de loi de finances pour 2015, ce mardi, ainsi qu’il l’avait annoncé. L’Assemblée nationale a cependant adopté le budget de l’Etat par 257 voix contre 222, et 54 abstentions.

Joël Giraud avait indiqué qu’il voterait contre le projet de loi de finances en raison de l’attitude du gouvernement, qui a demandé un second scrutin après l’adoption d’amendements des députés radicaux de gauche qui atténuaient la baisse de crédits pour les chambres de commerce et d’industrie et les chambres d’agriculture. Ces amendements ont finalement été rejetés.

M. Giraud estimait que le PRG pouvait faire « tomber le gouvernement » en votant contre le budget. Le mot d’ordre n’a cependant pas été fortement suivi au sein de son groupe : seuls deux députés du groupe RRDP (radical, républicain, démocrate et progressiste) ont voté contre (dont Joël Giraud), six se sont abstenus et sept ont voté pour. « Le gouvernement n’a dû son salut qu’à une forte mobilisation de ses troupes et surtout à l’absence de 20 députés de droite, en cette dernière semaine avant les fêtes de fin d’année », indique le député-maire de L’Argentière-la-Bessée. «Il s’agit-là d’un avertissement sans frais au gouvernement  qui sait désormais que les radicaux de gauche sont prêts à franchir la ligne jaune dès lors qu’ils estiment leurs territoires en danger».

L’autre députée des Hautes-Alpes, Karine Berger (PS), a bien sûr voté pour le projet de loi de finances.

Le MoDem appelle Joël Giraud à défendre les professions du droit

Dans un communiqué, le Mouvement Démocrate (MoDem) « se félicite des déclarations du député Joël Giraud » en ce qui concerne « le plafonnement des taxations des institutions consulaires sur les entreprises des Hautes-Alpes. Cependant, le Modem rappelle qu’en la matière il n’y a pas péril en la demeure, puisque le département des Hautes-Alpes est doté à ce jour d’un grand nombre de structures associatives d’appui et de conseils aux entreprises. »

Le MoDem 05 appelle le PRG aux « mêmes exigences concernant le projet de loi Macron sur la réforme des professions réglementées. Le droit n’est pas une marchandise et la libéralisation à outrance de ces professions entraînera la disparition de nos notaires, avocats, huissiers, experts comptables de proximité qui œuvrent à l’accompagnement de nos entreprises. »


+ Sur le même sujet...