Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Bernard Jaussaud

Région : Bernard Jaussaud défend le « juste équilibre » du budget 2015

Le budget 2015 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a été approuvé d’une courte majorité le 12 décembre. Il a obtenu 56 voix, tandis que 48 conseillers régionaux votaient contre et que 15 s’abstenaient (une partie des élus du Front de Gauche et d’Europe Ecologie-Les Verts). Il est vivement critiqué par le Medef, qui dénonce une « fuite en avant », mais aussi par le Front de gauche, qui le qualifie de « budget d’austérité ». Lors d’une conférence de presse, organisée ce mercredi à Gap, Bernard Jaussaud, vice-président (PS) de la Région, a pour sa part défendu « un juste équilibre ».

M. Jaussaud reconnaît que « c’était un budget compliqué à faire. Les dotations de l’Etat sont à la baisse (de 33 millions d’euros, soit -8%, NDLR). Il fallait donc limiter les charges de fonctionnement, ce qui ne veut pas dire les faire baisser, mais la marge de manoeuvre est étroite. » L’élu gapençais cite ainsi l’exemple des agents des lycées, « premier poste budgétaire dans les frais de personnel, qui est incompressible, même en faisant très attention ». De même, « sauf à décider de mettre moins de trains sur les rails, on ne peut rien faire pour diminuer le montant de la convention avec la SNCF ». Certes, « on pourrait se dire qu’il faut faire moins pour la culture et pour le sport. Mais est-ce opportun? La réponse est clairement non. » Au passage, Bernard Jaussaud fustige la prise de position « malvenue » et « clairement politique » du Medef, « qui prend fait et cause pour la campagne qui s’annonce ».

Globalement, le budget de la Région atteindra 2105,5 M€ en 2015, et les dépenses de fonctionnement augmenteront de 1% (et même de 2,2% en prenant en compte les transferts de nouvelles compétences). « 1%, c’est moins que le GVT (glissement vieillissement-technicité), autrement dit l’augmentation automatique de la masse salariale », observe Bernard Jaussaud.

Malgré la baisse des dépenses,
« nous resterons le premier
investisseur public en 2015 »

Côté investissement, les dépenses vont diminuer de 6,7% : 579,1 M€ au lieu de 620,7 M€ au budget 2014. « Nous resterons le premier investisseur public sur le territoire en 2015 », souligne M. Jaussaud. Pour « éviter de le limiter drastiquement », sachant que « nombre d’entreprises souffrent », la conseil régional a décidé de recourir plus fortement à l’emprunt en 2015 (368,7 M€). « C’est toujours une décision difficile à prendre, mais nous avons une notation financière favorable par les agences, et cela ne la met pas en péril, et les taux d’emprunt historiquement faibles ont facilité notre décision. »

Bernard Jaussaud a également évoqué la réflexion en cours pour mettre en oeuvre des conventions par territoire : « L’idée est double », explique-t-il. « Il s’agit de gagner en efficacité, en suivant mieux la manière dont on dépense l’argent public sur un territoire et son effet, et de gagner en lisibilité. Aujourd’hui, nous avons des politiques spécifiques, verticales, un peu cloisonnées. Les critères évitent le clientélisme mais, si on va trop loin dans le détail, on peut perdre en efficacité. On veut retrouver une vision politique et voir comment adapter la politique de la Région à des enjeux de territoire, à quelque chose de finalement plus individualisé. » Dès 2015, une expérimentation devrait être engagée « avec quelques territoires » de la Région.


+ Sur le même sujet...