Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Pierre Moscovici Karine Berger

Karine Berger ne décolère pas contre Pierre Moscovici, son ancien « grand frère » (vidéo)

19 Déc 2014 - 10:33

La députée des Hautes-Alpes Karine Berger (PS) a vivement critiqué, ce vendredi matin sur RFI (Radio France internationale), les prises de position du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et de Pierre Moscovici, le commissaire aux Affaires économiques, en faveur du gouvernement conservateur grec, alors que le Parlement d’Athènes tente d’élire un nouveau président de la République. « Je me suis imaginé si, en 2012, M. Barroso (alors président de la Commission, NDLR) avait exprimé un avis sur la campagne française, puisque Pierre Moscovici était directeur de campagne du candidat qui a gagné (François Hollande) », a déclaré Mme Berger. « Je pense que Pierre Moscovici aurait été le premier à protester contre cette ingérence politique de la Commission dans des élections démocratiques d’un pays. Il faut rappeler à tous les commissaires européens qu’il n’est absolument pas de leur rôle, de leur responsabilité, ni même du bien-être commun qu’ils s’expriment sur des élections souveraines nationales ». Karine Berger est une proche de M. Moscovici, qu’elle considérait même comme son « grand frère » dans une interview en février 2013…

Elle avait déjà posté un tweet dimanche dernier pour s’inquiéter de cette prise de position :

Sur RFI, Karine Berger a par ailleurs estimé qu’il y avait une « urgence absolue » pour l’Union européenne et l’Allemagne à lancer une politique contre la déflation. Pour elle, il faut « faire enfin entendre à l’ensemble des pays, notamment les plus conservateurs, d’Europe que si nous ne levons pas une dette commune pour faire de l’investissement public, pour relancer véritablement l’Union européenne, eh bien c’est l’Union européenne elle-même qui petit à petit sera oubliée sur la planète ».


Karine Berger: «Il est urgent que l’UE lance… par rfi