Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
THT

Lignes à très haute tension : plusieurs recours déposés devant le Conseil d’Etat

23 Déc 2014 - 15:20

L’association Avenir Haute-Durance (AHD) annonce, ce mardi, avoir déposé deux recours devant le Conseil d’Etat visant à l’annulation des déclarations d’utilité publique (DUP) signées par les ministres Ségolène Royal et Sylvia Pinel autorisant le projet de rénovation des lignes à très haute tension (THT) entre Grisolles (La Rochette) et Embrun (Pralong), et entre Chorges et L’Argentière-la-Bessée. Ces recours ont été déposés le 10 décembre par Me Etienne Tête, avocat et conseiller régional (EELV) de Rhône-Alpes. Deux autres recours ont également été déposés séparément, l’un par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO Paca), l’autre par la commune de Chorges.

RTE (Réseau de transport d’électricité) a engagé un chantier visant à remplacer les lignes à haute et très haute tension actuelles, jugées vieillissantes et donc fragiles, par deux nouvelles lignes entre le Gapençais et le Briançonnais. Ce projet est chiffré à 230 millions d’euros. Il est contesté par des associations environnementales notamment, qui demandent l’enterrement de la totalité des lignes. Seule une partie des lignes à haute tension sera enterrée, notamment aux abords du lac de Serre-Ponçon, de Mont-Dauphin et de L’Argentière-la-Bessée.

Les recours sont présentés collectivement par cinq communes (Puy-Saint-Eusèbe, Puy-Sanières, Châteauroux-les-Alpes, La Bâtie-Neuve et Réallon), six associations (Avenir Haute-Durance, Société alpine de protection de la nature, France nature environnement – Paca, Hautes-Alpes nature environnement, Curl’Air parapente et les Hauts des Granes), une entreprise (Parapente & voyages) et neuf particuliers directement concernés par le projet.

« Ces réactions témoignent de l’inquiétude partagée par les élus, les habitants et les acteurs économiques de la Haute-Durance face à ce projet dévastateur », indique AHD dans un communiqué. « Elles montrent le sérieux de notre analyse et la légitimité du combat que nous menons depuis plus de trois ans. »

L’association annonce par ailleurs que, d’ici la mi-janvier, un troisième recours sera déposé devant le tribunal administratif de Marseille. Il visera à l’annulation de l’arrêté préfectoral signé par le préfet des Hautes-Alpes autorisant la réalisation du projet P3 (deux nouvelles lignes aériennes à 63.000 volts au-dessus de Saint-Martin-de-Queyrières).

Le 13 décembre dernier, environ 300 personnes ont manifesté à Embrun contre le projet de RTE. Cette manifestation était organisée par des mouvements alternatifs, et l’appel avait été relayé par AHD, sans implication directe de l’association.


+ Sur le même sujet...