Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Jean-Yves Dusserre

L’hommage unanime de la classe politique haut-alpine à Jean-Yves Dusserre

27 Déc 2014 - 19:49

La nouvelle de la disparition de Jean-Yves Dusserre, sénateur et président du Conseil général des Hautes-Alpes, ce samedi matin, a provoqué de très nombreuses réactions de la classe politique, qu’elle soit haut-alpine ou nationale.

LIRE EGALEMENT
> Le Premier ministre Manuel Valls rend hommage à Jean-Yves Dusserre

Le préfet Pierre Besnard fait part de son « émotion » et de sa « tristesse ». « Ce grand président de conseil général défendait avec conviction son territoire, ce qui lui a valu d’être élu sénateur en septembre dernier. Il était un responsable politique avec qui l’Etat avait d’excellents rapports et qui défendait ses dossiers avec détermination. Homme de consensus et de terrain, c’était un grand républicain qui manquera à tous. »

« Je suis, avec notre majorité départementale et l’ensemble des conseillers généraux des Hautes-Alpes, bouleversé par la disparition brutale, ce jour, de notre président Jean-Yves Dusserre », indique Jean-Michel Arnaud, maire de Tallard et premier vice-président du Conseil général.

« Cette terrible nouvelle touche aujourd’hui chacune et chacun de ceux qui ont été ses amis, ses compagnons de route, qui ont à ses côtés connu les joies et les difficultés d’un parcours politique qui a mené cet homme issu d’une famille du Champsaur aux plus hautes responsabilités, de président du Conseil général puis récemment de sénateur, fonctions dans lesquelles il a su garder sa simplicité et son profond amour des gens, mettant sans relâche ses convictions humanistes et sociales au service des Hautes-Alpes », souligne Henriette Martinez, maire de Laragne-Montéglin et présidente de l’UMP. « Il n’y a pas de mots pour évoquer la douleur qui frappe tous ses amis. »

La députée Karine Berger salue avec « tristesse et émotion » ce « fervent défenseur de la ruralité. Inlassable homme de terrain, il était animé par le sens de l’intérêt général et du devoir. Au-delà de nos divergences politiques, je souhaite rendre hommage à sa détermination, son énergie et son engagement. Sa disparition est une grande perte pour notre département. »

« Nous nous apprécions et ne manquions jamais une occasion de faire le point sur les dossiers du département car nous avions cet amour des Hautes-Alpes chevillé au corps », commente le député Joël Giraud, ce dimanche. « Tout est allé si vite, c’est une journée de grande tristesse pour les Hautes-Alpes. »

Au nom du groupe Démocrate et Républicain, réunissant les conseillers généraux d’opposition, Christian Graglia indique apprendre ce décès « avec stupeur ». « Par-delà nos divergences politiques, je veux saluer sa mémoire. Avec lui, c’est une grande personnalité du département qui disparaît prématurément. Il aura consacré sa vie à son territoire des Hautes-Alpes, toujours animé d’un esprit républicain. Nous saluons aussi la mémoire d’un homme fait de simplicité et de convivialité, avec qui chacun de nous entretenait d’excellents rapports sur le plan personnel. »

Jean-Claude Eyraud, conseiller municipal de Gap, s’avoue « bouleversé. Certes, nous ne partagions pas les mêmes convictions politiques, mais j’avais beaucoup de respect pour l’homme sincère et engagé qu’il était pour son département et son pays. »

Mickaël Guittard, conseiller municipal de Gap et premier secrétaire fédéral du PS, dit son « immense tristesse » et veut « saluer la mémoire d’un homme qui s’est mis pendant de très nombreuses années au service de sa commune de Chabottes et de ses habitants, du Champsaur et de l’ensemble du département. Bien que ne partageant pas ses opinions politiques, je veux saluer un homme d’une grande humanité qui avait comme seul objectif le bien-être de ses concitoyens. »

Christophe Pierrel, chef de cabinet de Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, souligne avoir « toujours reconnu en lui une profonde humanité et un engagement sincère au service de ses concitoyens. À quelques semaines des élections départementales, c’est une figure du département que nous venons de perdre. »

Romain Gryzka, conseiller municipal de Briançon, rend hommage à un « grand homme parti trop tôt ».

Le Mouvement Démocrate (MoDem) des Hautes-Alpes « rend hommage à l’homme politique, fervent défenseur de son territoire haut-alpin. Jean-Yves Dusserre était accessible, humain et d’une grande humilité. Il laissera, au-delà des clivages, l’image d’un homme de conviction qui aura eu à coeur de servir son département et d’être à l’écoute de la population. »

Le comité des Hautes-Alpes du Mouvement de la paix « tient à saluer la mémoire de Jean-Yves Dusserre » et salue son soutien « aux projets pacifistes de promotion de la culture de la paix ».

Le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis 05) annonce par ailleurs que les drapeaux de tous les centres de secours du département seront en berne ce dimanche.

Plusieurs personnalités nationales ont aussi fait part de leur peine, notamment via Twitter, à l’instar de Bruno Le Maire, Hubert Falco, sanateur-maire de Toulon et ancien ministre, ou Eric Ciotti, député et président du Conseil général des Alpes-Maritimes :

« En trois mois au Sénat, il avait marqué de son empreinte l’attachement unanimement reconnu qu’il portait aux territoires ruraux et de montagne », a réagi la présidence du Sénat dans un communiqué. « C’était un humaniste engagé avec une profonde sincérité pour son département et les femmes et les hommes qui y vivent. Le Sénat et le groupe UMP perdent un collègue qui incarnait pleinement la fonction sénatoriale. »

Michel Vauzelle, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a, à son tour, fait part de sa « tristesse » et de son « émotion » : « Jean-Yves Dusserre était un élu de terrain qui connaissait parfaitement ce territoire qu’il aimait tant. Récemment élu sénateur, il continuait son combat pour défendre à Paris les habitants de cette montagne qui lui était chère, et le développement de son département. Nous nous retrouvions souvent pour réaliser des projets communs au bénéfice des Hautes-Alpes et la Région restera demain le premier partenaire de ce territoire. C’est le plus bel hommage que nous puissions rendre à l’action qu’il a conduite toute sa vie pour les Hautes-Alpes. »

« Avec Jean-Yves Dusserre, nous perdons un défenseur passionné du Champsaur et des Hautes-Alpes, profondément humain dans l’exercice des responsabilités qu’il a assumées avec courage, équilibre et détermination », réagit ce dimanche Bernard Jaussaud, vice-président de la Région. « Je veux surtout garder quant à moi le souvenir de l’homme simple et amical, soucieux de l’autre, attentif aux problèmes de chacun, chaleureux et convivial. »


+ Sur le même sujet...