Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Jean-Yves Dusserre et Patricia Morhet-Richaud

Patricia Morhet-Richaud, nouvelle sénatrice après le décès de Jean-Yves Dusserre


A 53 ans, Patricia Morhet-Richaud, maire de Lazer, est désormais sénatrice des Hautes-Alpes. La suppléante de Jean-Yves Dusserre était restée silencieuse depuis le décès du sénateur et président du Conseil général, ce samedi. Elle publie, ce mardi, un hommage à M. Dusserre, par lequel elle officialise également qu’elle assumera sa succession au Sénat, trois mois après son élection.

« Lorsqu’il m’a proposé d’être sa remplaçante éventuelle dans le cadre des élections sénatoriales, nos échanges m’ont permis de découvrir un homme bon, droit et juste, indique Mme Morhet-Richaud. A l’écoute de tous, ouvert, disponible, chaleureux. Cet homme était sage, il savait rassembler. Grâce à cet homme-là, j’ai compris qu’une autre politique était possible. Ce 27 décembre, les Hautes-Alpes ont perdu un grand homme et une belle personne. Pour moi, ce 27 décembre, c’est un deuxième père qui s’en est allé. »

Patricia Morhet-Richaud n’est pas vraiment connue du microcosme politique. Cette employée de la coopérative agricole de Laragne-Montéglin est devenue conseillère municipale de Lazer en 2001, aux côtés de son père, Claude Morhet, maire de la commune. Elle a dû lui succéder en 2007, dans de tragiques circonstances, puisqu’il a succombé à une chute lors d’une visite de chantier. Elle sera ensuite réélue maire de Lazer l’année suivante, puis en mars dernier.

C’est sur les conseils d’Henriette Martinez, présidente de l’UMP, que Jean-Yves Dusserre la sollicite, l’été dernier, pour devenir sa « remplaçante ». Champsaurin, et donc issu de la seconde circonscription des Hautes-Alpes, M. Dusserre recherchait une femme qui soit élue dans la première circonscription. Elle n’était pas vraiment prédestinée à siéger au Sénat. A tel point que, lorsque Jean-Yves Dusserre avait officialisé sa candidature, le 29 août, Patricia Morhet-Richaud avait prononcé cette phrase tristement prémonitoire : « Avant de lui donner ma réponse, je lui ai demandé s’il était en bonne santé. Il m’a assuré que oui. »

Béatrice Allosia va siéger pendant deux mois en tant que conseillère générale de Saint-Bonnet-en-Champsaur.
Béatrice Alosia va siéger pendant deux mois en tant que conseillère générale de Saint-Bonnet-en-Champsaur.

Au Conseil général, c’est la suppléante de Jean-Yves Dusserre dans le canton de Saint-Bonnet-en-Champsaur, Béatrice Alosia, qui va siéger pendant deux mois, jusqu’aux prochaines élections départementales. Adjointe au maire de Saint-Bonnet-en-Champsaur et élue à la communauté de communes du Champsaur, Mme Alosia travaille au sein de l’entreprise de travaux acrobatiques Ozé, à Saint-Jean-Saint-Nicolas.

Le nouveau président du Conseil général
élu en janvier… pour deux mois

Reste la question de la présidence du Conseil général. Le maire de Tallard, Jean-Michel Arnaud, premier vice-président, assure l’intérim jusqu’à l’élection d’un nouveau président, qui doit intervenir avant le 27 janvier, dernier délai. Soit avant la séance plénière qui était prévue le 30 janvier pour adopter le budget primitif 2015. Même si le nouvel exécutif du Conseil général ne sera aux responsabilités que pendant deux mois, le nouveau président aura aussi la charge de conduire sa majorité aux élections départementales de mars prochain. Or, plusieurs conseillers généraux de la majorité sortante avaient déjà fait connaître leurs velléités de briguer la présidence, au cas où Jean-Yves Dusserre ne se représenterait pas, puisqu’il n’avait pas encore fait connaître sa décision. Outre Jean-Michel Arnaud, les noms de Victor Bérenguel, de Patrick Ricou ou encore de Jean-Marie Bernard circulaient ainsi régulièrement.

Autant dire que ce sera là un galop d’essai pour celui qui, à droite, pourra éventuellement briguer la présidence du futur conseil départemental, en avril prochain. Cette élection ne devrait donc pas être une formalité.


+ Sur le même sujet...