Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Bernard Jaussaud

Gap : les propositions de Bernard Jaussaud pour relancer l’économie

Bernard Jaussaud, candidat PS aux élections municipales, à Gap.
Bernard Jaussaud, candidat PS aux élections municipales, à Gap.

Le candidat PS aux élections municipales à Gap Bernard Jaussaud tenait ce mercredi soir une réunion publique pour détailler son programme de relance de l’économie. « Gap représente 21 000 emplois sur les 57 000 que compte le département », commence le conseiller régional avant d’entrer dans le vif du sujet.

1. Booster le BTP grâce à l’investissement public : « moderniser les transports publics, non adaptés aux actifs, c’est aussi agir sur l’infrastructure routière », créer un éco quartier rue des Silos, un pôle multimodal. Sur ce point, le conseiller régional ne cache pas sa colère : « C’était inscrit au contrat de développement; le maire a laissé passer l’occasion d’avoir 6M€ de subventions de la Région. Je ferai tout mon possible pour que cette bévue monstrueuse soit réparée », lâche-t-il. Bernard Jaussaud évoque ensuite LE gros chantier du centre-ville: la rénovation du Carré de l’Imprimerie, « un espace dédié à la culture, au commerce, à l’habitat ». Cet espace comprendrait un pôle image entre les deux cinémas d’art et d’essai, la Cinémathèque d’images de montagne, une galerie photo et un lieu de formation autour des métiers de l’image. A proximité, sur la Placette, La Grange: « Il faut en faire un lieu d’exposition permanent et peut-être une artothèque au-dessus », propose le candidat. Il songe aussi à lancer une étude pour la réfection de l’îlot entre la rue Jean-Eymar et le boulevard de la Libération.

2. Générer du tourisme car seulement « 5% des nuitées du département sont consommées à Gap ». Alors pourquoi ne pas séjourner à Gap tout en profitant des activités autour en mettant en place des navettes qui elles aussi permettraient d’amener des touristes de l’extérieur vers Gap ? Mais aussi « valoriser des événements qui attirent un monde considérable sur très peu de temps, comme Gapen’cimes ou le Tour de France, en proposant des activités packagées, car la trace de leur passage à Gap est quasi-nulle ». Enfin, créer au moins un événement majeur, outre le festival du cinéma de montagne. « Le conservatoire national botanique de Charance concentre un savoir sur la biodiversité et des scientifiques de très haut niveau. C’est un bon support pour créer un événement en lien avec la littérature, le cinéma et d’autres arts chaque année. »

3. Devenir une « ville à énergie positive » en mettant en place « une cellule pour accompagner les projets publics et privés en matière d’économie d’énergie et de production d’énergie ».

4. Développer l’agriculture. « On a un problème de foncier. Le plan d’occupation des sols a ouvert largement les terrains à la construction. Un plan local d’urbanisme aurait dû être mis en place dès 2006. Je m’engage à le faire et à accorder une place importante à l’agriculture. » Bernard Jaussaud en profite pour rappeler l’importance d’une agriculture de proximité dans un monde de défiance vis-à-vis de ce qui se trouve dans nos assiettes. « Aujourd’hui, des efforts sont faits en matière de circuits courts. Il faut les généraliser. »

5. Créer une deuxième pépinières d’entreprises « dédiée aux services autour d’internet et à tout ce qui est innovant en matière d’énergie ». Le candidat veut « construire un nouveau Micropolis bien équipé, simple d’accès, qui bénéficie d’équipements et avec l’obligation de laisser sa place à d’autres une fois son activité bien installée ». Et pourquoi pas attirer « 100 à 200 personnes » grâce au télétravail.

Les propositions de Bernard Jaussaud pour relancer le commerce en centre-ville

S’adressant aux commerçants du centre-ville qui souffrent de « chiffres d’affaires et marges en déclin », Bernard Jaussaud a décliné ses solutions pour répondre aux griefs qui lui reviennent aux oreilles: « Le centre-ville est difficile d’accès et manque d’animations pour être attractif ». Alors que toutes les administrations sont concentrées dans le centre-ville, Bernard Jaussaud propose aux salariés de laisser leur voiture à l’extérieur de la ville pour laisser les places disponibles aux gens de passage « qui font leurs courses, vont au cinéma, se promènent en ville ». « Il faut faire des parkings gratuits à l’extérieur de la ville et mettre en place une ligne de bus rapide, cadencée, qui aille de Tokoro à Micropolis, et qui aille plus vite que les voitures », soumet l’élu qui veut aussi « pénaliser le stationnement de longue durée » grâce à des tarifs prohibitifs mais permettre de se garer gratuitement au-delà de la demi-heure actuelle, « peut-être une heure, une heure et quart ». Pour animer la ville, outre le Carré culturel de l’imprimerie, il compte sur un « parcours d’arts plastiques en ville » et un « parvis devant la cathédrale ».

Dévier l’avenue Commandant-Dumont ?
Le public a eu l’occasion de poser des questions au candidat. Parmi elles, une sur le passage à niveau de l’avenue Commandant-Dumont. Techniquement, « on ne peut rien faire d’autre que le laisser ou le supprimer », lâche M. Jaussaud. Mais « des solutions existent si on veut le fermer. Pourquoi ne pas envisager que la route de Grenoble puisse être déviée à l’Est et non plus passer par le Cèdre ? Cela redonnerait au centre-ville un peu d’air », estime-t-il. Mais il préfère rester prudent et insiste sur la nécessité de bien étudier le sujet avant d’engager quoi que ce soit.

Matheron produits pétroliers Gap

+ Sur le même sujet...