Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus

Chorges : un couple évite la confiscation de ses chiens aboyeurs

Un couple propriétaire de quatre chiens à Chorges a été condamné à 200 € d’amende, ce vendredi matin, par la juridiction de proximité de Gap pour les nuisances causées à son voisinage. La juge a tenu compte du fait que les deux prévenus y avaient mis un terme en déplaçant les quatre chiens sur un terrain qu’ils se sont procuré ces derniers jours en dehors du village. Ils devront également verser 1000 € de dommages-intérêts à chacune des deux parties civiles.

Ces aboiements et hurlements de chiens répétés avaient amené deux familles caturiges, excédées, à porter plainte. Et, lors de la première audience, le mois dernier, il était apparu que la gêne était persistante, malgré la convocation devant la juridiction de proximité. A tel point que l’officier du ministère public avait requis la confiscation des quatre chiens. Le tribunal avait finalement donné un délai d’un mois aux propriétaires pour qu’ils trouvent une solution permettant d’éviter cette issue.

Les nuisances ont persisté jusqu’à la semaine dernière et les chiens ont été déplacés ce dimanche. Le gardien de police municipale de Chorges a constaté ce jeudi que les deux chenils de la propriété étaient vides. « Il a fallu qu’on trouve un endroit pour placer nos quatre chiens à l’extérieur du village afin de ne pas provoquer de nouvelles nuisances », a expliqué leur propriétaire à la présidente. « Ce n’était pas simple. On a causé des nuisances, c’est sûr, on en est bien conscient. Mais ça a beaucoup perturbé notre fils, aussi, de ne plus voir ses animaux. Nous demandons votre indulgence. »

Les plaignantes, qui étaient présentes à l’audience ce vendredi, ont reconnu que les aboiements avaient cessé depuis dimanche. « On espère que ça ne va pas revenir », s’est inquiétée l’une d’elles.

« Etant donné les efforts consentis, je ne requiers plus la confiscation des chiens », a indiqué l’officier du ministère public, Pascal Manicacci, qui préconisait 150 € d’amende pour chacun des deux prévenus. De son côté, la propriétaire des chiens demandait une dispense de peine.