Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Palais de justice (2)

Gap : le pervers présumé libéré et placé sous contrôle judiciaire

Le trentenaire gapençais soupçonné de s’être livré à des attouchements sur une jeune femme après l’avoir suivie dans le hall de son immeuble et d’avoir importuné deux adolescentes à Gap, a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention. Il avait été interpellé par les policiers à la suite d’une plainte déposée lundi par une jeune femme de 19 ans pour agression sexuelle. Le suspect, qui a reconnu les faits, comparaîtra en avril devant le tribunal correctionnel de Gap. Il ne présente aucun antécédent judiciaire.

La victime avait été suivie une première fois en voiture boulevard de la Libération, le 21 février. Et lorsqu’elle s’était engouffrée dans le hall de son immeuble du centre-ville, l’agresseur avait réussi à forcer le passage et à y pénétrer avec elle. Il s’était alors livré à des attouchements sexuels sur elle avant de prendre la fuite. La victime n’avait pas prévenu la police. Mais la scène s’était reproduite ce lundi. L’homme avait de nouveau tenté de l’agresser, avant d’être mis en fuite par le compagnon de sa victime. Ce dernier l’avait poursuivi et avait réussi à relever le numéro d’immatriculation du véhicule.

Les policiers gapençais ont fait le rapprochement avec des précédents signalés en novembre et en décembre par des adolescentes de 14 et 15 ans. Ces jeunes filles décrivaient les mêmes scènes : suivies par un homme à bord d’un Renault Scenic gris, elles se voyaient proposer de monter à bord et l’individu se montrait particulièrement insistant. Quand elles prenaient la fuite, il faisait en sorte de les rattraper, de les frôler avec son véhicule… Les faits se sont produits dans plusieurs quartiers de Gap, à Tokoro, au stade nautique et dans le centre-ville. Pour ces deux jeunes filles, les choses n’étaient pas allées plus loin, même si elles avaient eu affaire à lui au moins deux fois dans des lieux différents.

A la suite de l’appel lancé par la police, ce mardi, d’autres jeunes filles ont à leur tour indiqué avoir été importunées dans des circonstances similaires par le même suspect, sans avoir été agressées. Leurs témoignages ont été versés à la procédure, même s’il n’y a pas eu de délit caractérisé.

Le suspect, qui sera soumis à une expertise psychiatrique avant sa comparution et qui est astreint à un suivi médical, devra cependant répondre de la seule agression sexuelle de la jeune femme de 19 ans, qui reste aujourd’hui traumatisée par les faits.


+ Sur le même sujet...