Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus

Gap : des dégradations de commerces virent à la polémique

Quelques commerces du centre-ville de Gap ont subi des dégradations dans la nuit de mardi à mercredi. La vitre d’un commerce de bijoux fantaisie, dans le « Y », a ainsi été brisée, et la vitrine était de ce fait recouverte de panneaux de bois ce jeudi. La pharmacie voisine a quant à elle subi une dégradation de son distributeur de préservatifs, installé sur la façade. Et une chaise a été dérobée en fin de semaine dernière sur la terrasse d’un café, place de la République.

Le préfet Pierre Besnard souligne qu’il n’y a eu aucune tentative d’effraction dans ces différents commerces, et que, mis à part pour la bijouterie, il n’y a eu « aucun dépôt de plainte, signalement aux services de police, ni même d’un simple appel au « 17 ». » Dans un communiqué publié ce jeudi, le préfet « ne peut que s’inscrire en faux devant toute information mal recoupée qui donnerait à penser que la délinquance est mal maîtrisée à Gap, de nature à générer un sentiment d’insécurité inutile dans un département qui, comme chacun sait, demeure un des territoires les mieux préservés des grandes formes de délinquance ».

La députée Karine Berger s’en était au contraire émue en début d’après-midi en « condamnant fermement » ces actes et en estimant que « les commerçants n’ont pas à subir les conséquences d’une politique sécuritaire laxiste du maire de Gap ». Bernard Jaussaud, candidat PS aux municipales, relevait quant à lui en fin d’après-midi que, « malgré les équipements de vidéo-surveillance installés, il s’avère que la sécurité reste insuffisante au cœur de la cité, notamment pour les commerces. Contrairement à l’autosatisfaction du maire sortant, nous ne pouvons que constater que les problèmes de sécurité et d’incivilité persistent ».


+ Sur le même sujet...