Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Bernard Jaussaud a dévoilé les grandes lignes de son programme, ce samedi, entouré de plusieurs de ses colistiers.Bernard Jaussaud a dévoilé les grandes lignes de son programme, ce samedi, entouré de plusieurs de ses colistiers.

Gap : emploi, environnement et jeunesse, priorités de Bernard Jaussaud

Bernard Jaussaud, candidat soutenu par le PS, le PCF et le MoDem aux municipales à Gap, a dévoilé son programme, ce samedi matin, non sans avoir auparavant marqué le 8-Mars et la journée des droits des femmes en réunissant toutes ses colistières. Ce programme s’articule autour de « trois grandes priorités » : l’emploi, l’environnement et la jeunesse. Il est décliné dans une brochure de 16 pages qui va être diffusée auprès de la population dans les prochains jours.

« Ces dernières années, l’emploi et la création d’activités n’ont pas été une priorité à Gap », considère Bernard Jaussaud. Pour y remédier, il souhaite « développer le tourisme. Nous voulons faire de Gap une ville de séjour par la dynamisation du centre-ville et la création d’animations. » Il cite également le soutien au BTP, le commerce de centre-ville, qui « doit redevenir un moteur », ou encore l’arrivée du très haut débit. « Il faut tirer tous les partis possibles du très haut débit, en mettant en place un incubateur et une pépinière d’entreprises. Nous souhaitons aussi mener une action vers les hauts diplômés pour les attirer ici. Nous avons mené une enquête auprès des jeunes Gapençais, d’où il ressort que moins d’un sur cinq souhaite rester à Gap. Les jeunes se sentent délaissés, que ce soit pour leur insertion professionnelle ou pour la vie culturelle, qui ne tient pas compte de leurs aspirations. »

Bernard Jaussaud a dévoilé les grandes lignes de son programme, ce samedi, entouré de plusieurs de ses colistiers.
Bernard Jaussaud a dévoilé les grandes lignes de son programme, ce samedi, entouré de plusieurs de ses colistiers et surtout colistières en ce 8-Mars.

Bernard Jaussaud met un accent particulier sur l’environnement, avec une approche économique. « Nous avons un environnement exceptionnel », relève-t-il. « Nous devons le préserver, le mettre en valeur pour en faire une carte de visite. » Cela passe notamment par « un plan de déplacements, de vrais parkings-relais et la mise en place d’un bus rapide, avec des horaires cadencés, entre Micropolis et Tokoro. La ville de Gap est devenue un vaste embouteillage 4 à 5 heures par jour, ce n’est pas acceptable ! » (lire ci-dessous). La volonté de la liste « On se bouge pour l’avenir » est aussi de faire de Gap « une ville à énergie positive ». « Il y a à Gap toutes les capacités pour produire de l’énergie : de l’eau, du soleil, du vent, des déchets verts… », explique M. Jaussaud. « Il faut que Gap produise l’énergie dont elle a besoin. C’est un enjeu fort pour l’image de la ville, mais aussi pour la dynamisation de l’économie. Nous voulons que cela permette d’amener à Gap des activités innovantes dans le domaine. » Bernard Jaussaud propose par ailleurs de créer « un événement autour de la biodiversité, associé à la littérature, à la photo, au cinéma… »

« Nous allons doubler l’investissement chaque année »

La tête de liste assure que « ces propositions ont été chiffrées » : « Nous n’endetterons pas la ville au-delà de ce qu’elle l’est déjà et continuerons à la désendetter. Nous n’augmenterons pas non plus la pression fiscale. Mais nous solliciterons tous les financements possibles, en évitant, comme l’a fait la municipalité sortante, de perdre 6,1 millions d’euros de la Région en ne signant pas un contrat de développement par entêtement, ignorance ou je ne sais quelle raison. » La députée Karine Berger, numéro 2 sur la liste, souligne que « c’est un programme entièrement tourné vers l’investissement. Le maire sortant l’a baissé de 40% par an. Nous allons au contraire doubler l’investissement chaque année. »

Au passage, Bernard Jaussaud égratigne le maire sortant, en estimant que le désendettement de la ville « s’est fait avec des moyens qui n’étaient pas vertueux, et notamment la vente de terrains », en regrettant « le manque d’entretien du patrimoine communal (voirie et bâtiments) du fait de crédits en forte baisse » ou en appelant à « une véritable écoute et un vrai respect des agents municipaux, qui ont été mis à mal ».

Créer une ligne de bus rapide entre Micropolis et Tokoro

Comment réussir à créer une ligne de bus rapide entre Micropolis et Tokoro ? « Effectivement, ça demandera à être étudié et ça demandera du temps », admet Bernard Jaussaud. « Nous établirons très rapidement un cahier des charges et ferons appel à des spécialistes. Elle ne passera pas forcément entièrement sur l’avenue de Provence et on peut imaginer que les deux sens de circulation n’empruntent pas la même rue. Nous voulons que cela reste raisonnable. Nous sommes conscients que nous ne pourrons pas faire des investissements démesurés. Et cela s’intègrera à un plan de déplacements et de stationnement. » Quid du projet du parking de Bonne, suspendu par la municipalité sortante le temps des élections municipales ? « Nous y sommes opposés. La situation ne permet pas de créer les conditions de fluidité nécessaire. Ce parking, ce serait un peu plus d’embolie à Gap. S’il est nécessaire de créer des parkings, ce pourrait être au parking Central, bien mieux placé et efficace. L’objectif reste quand même de garder les véhicules les plus éloignés possibles de la ville, grâce à de véritables parkings-relais. Nous encouragerons ceux qui veulent consommer dans le centre-ville en allongeant la demi-heure gratuite, mais nous augmenterons les tarifs pour ceux qui stationnent toute la journée. »


+ Sur le même sujet...