Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Audrey, ancienne candidate à l'émission "L'amour est dans le pré", figure sur la liste du maire sortant de Baratier, Jean Bernard (photo M6).Audrey, ancienne candidate à l'émission "L'amour est dans le pré", figure sur la liste du maire sortant de Baratier, Jean Bernard (photo M6).

Baratier : une ex-candidate de « L’Amour est dans le pré » en lice aux municipales

Audrey, ancienne candidate à l'émission "L'amour est dans le pré", figure sur la liste du maire sortant de Baratier, Jean Bernard (photo M6).
Audrey, ancienne candidate à l’émission « L’amour est dans le pré », figure sur la liste du maire sortant de Baratier, Jean Bernard (photo M6).

Audrey Roux, son nom ne vous dit peut-être rien. Audrey de « L’Amour est dans le pré » vous parlera certainement plus. L’ancienne candidate de l’émission à grand succès de M6 était sous les feux des projecteurs l’année dernière. Cette année, l’agricultrice spécialisée dans le bio, qui pratique aussi la pluriactivité, a décidé de s’engager en politique « pour la première fois » et figure sur la liste du maire sortant de Baratier, Jean Bernard.

« On m’a demandé si je voulais faire partie du conseil municipal, j’ai accepté, raconte la jeune femme qui forme avec ses parents le Gaec de Champ Noble (élevage de moutons et de volailles). Je suis très attachée à mon village, j’y travaille. L’agriculture bio me tient à cœur. » L’agriculture sera assurément son cheval de bataille, tout comme l’aspect bio et environnemental. « Est-ce qu’on veut faire de Baratier une banlieue-dortoir d’Embrun avec des gens qui y habitent deux semaines par an ou maintenir un tissu agricole qui crée de l’emploi, entretient le paysage ? »

C’est justement parce que « c’est une fille intelligente, qui aime son métier », que le maire sortant de Baratier l’a sollicitée et « pas du tout par rapport à son passé anecdotique. On n’a surtout pas tenu compte de ça », insiste Jean Bernard qui voulait un agriculteur(trice) dans son conseil municipal. Il compte sur elle pour défendre « l’agriculture et son village » dans un « contexte de pression foncière importante. On a intérêt à maintenir des terres agricoles ».


+ Sur le même sujet...