Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Ehpard Ouléta

Veynes : une candidate de l’opposition écartée d’une œuvre catholique

Nathalie Ferrere, candidate sur la liste de René Moreau (divers droite) aux municipales à Veynes, a été suspendue de la « pastorale de la santé » (œuvre de l’Eglise catholique) de l’Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) Ouléta de Veynes, vendredi dernier. La décision lui a été signifiée par Elisabeth Guy, la directrice diocésaine de la Pastorale de la santé, à l’occasion de la signature officielle de la convention qui encadre les visites aux résidants, avec l’Ehpad et le CCAS de Veynes, présidé par la maire sortante, Christine Nivou. Il est reproché à cette bénévole, qui visitait régulièrement des personnes âgées, d’avoir stipulé qu’elle était membre de la pastorale de la santé à l’Ehpad l’Ouléta sur le trombinoscope de la liste d’opposition à la maire sortante.

René Moreau relie « évidemment » cette décision à la campagne des municipales. « La loi de 1999, qui régit les visites aux malades, n’interdit pas aux bénévoles d’exercer leurs droits civiques », souligne M. Moreau. « On lui a présenté cela comme une demande du maire. La directrice diocésaine l’a rappelée le lendemain pour lui dire qu’elle avait pris cette décision de sa propre initiative. Elle n’avait pas le droit de prendre cette décision. On lui a retiré le badge d’accès à l’Ehpad. Puis on lui a dit qu’elle pouvait rendre visite à titre individuel à des personnes qu’elle suivait déjà. Je pense qu’on s’est rendu compte qu’il pouvait y avoir des effets collatéraux, car elle est appréciée des résidants qu’elle visite à l’Ehpad. »  Il souligne aussi que le président local de la Société Saint-Vincent-de-Paul avait fait état de son engagement lors des élections municipales de 2008 « sans que cela pose problème. Il est vrai qu’il se présentait sur la liste du maire sortant », ironise M. Moreau.

Christine Nivou assure ne pas être impliquée dans cette mesure. « C’est la pastorale qui l’a exclue », souligne la maire sortante de Veynes. « Je signe une convention qui comporte un code de déontologie. Je pense qu’elle a été exclue du fait qu’elle n’a pas respecté le code de déontologie. »

« Mme Ferrere n’a pas été exclue, je l’ai mise en « stand-by » pendant la campagne et en attendant les résultats des élections, car je vois mal comment elle pourrait continuer à œuvrer si Mme Nivou est réélue et si elle siège elle-même dans l’opposition », explique Elisabeth Guy. « C’est une mission. Nous n’avons pas à faire connaître notre engagement politique. Il est également précisé dans la convention que nous nous engageons à respecter le lieu où nous intervenons. Bien sûr, il y a des chrétiens qui sont engagés lors d’élections. Mais elle a manqué de jugement en mettant en avant la « Pastorale de la santé » et l’Ehpad. Elle ne m’en avait pas parlé. Si elle l’avait fait au préalable, je lui aurais dit que c’était incompatible. » En tout cas, la directrice diocésaine de la Pastorale de la santé assure que « ce n’est pas Mme Nivou qui m’a demandé de prendre cette décision. Il n’y a pas eu de pression de la mairie par rapport à ça. J’ai pris mes responsabilités, même si c’était une grande première pour moi. »

René Moreau précise que l’évêque de Gap et d’Embrun, Mgr di Falco Léandri, a été « saisi du problème ».


+ Sur le même sujet...