Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
René Moreau a réuni ses colistiers et quelques sympathisants, ce lundi midi, à Veynes.René Moreau a réuni ses colistiers et quelques sympathisants, ce lundi midi, à Veynes.

Veynes : après le séisme politique, l’analyse de Moreau, Nivou et Gatounes

C’est la grande surprise de ce scrutin au niveau départemental : la maire sortante de Veynes Christine Nivou (PS) a été détrônée par la liste de René Moreau (sans étiquette). Le vainqueur s’en défend : « Veynes n’a pas basculé à droite puisque je conduis une liste de large rassemblement ». Le candidat avait été classé divers droite par la préfecture des Hautes-Alpes et avait tenu à rectifier la donne en écrivant au préfet.

Surpris, René Moreau ne l’est pas. « Etre élu au premier tour faisait partie de nos pronostics. Ce score est non contestable. Mais nous devons avoir le triomphe modeste, car la liste de Mme Nivou nous a bien aidé à gagner », commente-t-il. Pour lui, il y a eu « rejet de l’équipe sortante », « ce n’est pas le fait de la désunion de la gauche ». Au sein de la gauche justement, le bruit court que l’ancien maire de Veynes Daniel Chevallier (PS) aurait contribué à cette victoire. René Moreau ne le pense pas. « Il a pris des positions, mais quand il s’exprimait, il n’était pas associé à notre liste. Il n’a participé à aucun groupe de travail. » René Moreau admet : « J’avais vu que, personnellement et intimement, il souhaitait notre victoire. » Il dit ne pas savoir si ce soutien lui a fait gagner ou perdre des voix, comme il a pu parfois l’entendre.

Ce lundi midi, René Moreau a fêté sa victoire avec ses colistiers et amis avant d’entamer les consultations pour constituer l’équipe, « se répartir les tâches. Je ne voulais pas le faire avant les élections ». Premier chantier qui lui tient à cœur : « La dynamisation de la ville ». « Je veux absolument réviser le plan local d’urbanisme », annonce-t-il. Il s’attachera aussi à « communiquer et dialoguer avec la population qui a trop souffert de ce manque. C’est, je pense, ce qui a contribué à l’éviction de l’équipe sortante ».

« C’est violent », avoue Christine Nivou

« C’est violent », commente à chaud la maire sortante de Veynes, Christine Nivou, au lendemain de sa défaite. « Je suis dans les cartons. Tout le monde a bien manœuvré dans ce sens. Il y avait une très forte mobilisation de la liste adverse. Des camarades n’ont pas joué le jeu et il y a un ancien député-maire (Daniel Chevallier, NDLR) qui a été particulièrement actif. Sans compter toute l’énergie mise par le Front de gauche à faire campagne contre notre liste depuis plusieurs mois. Tout allait dans le même sens, et c’était contre moi. »

Est-ce qu’elle pense avoir commis des erreurs dans sa campagne ou dans sa façon de gérer la ville ? « Je considère qu’on a un très bon bilan », indique Christine Nivou. « On laisse la commune dans une très bonne situation, aussi bien financièrement que dans les dossiers en cours. Tout le monde n’a pas forcément mesuré la quantité de travail que nous avons fourni pour porter ces dossiers. Je passe 10 à 12 heures par jour à la mairie, c’est sûr que je ne suis pas trop présente dans la rue. Mais je ne suis pas persuadée que ce soit l’explication de ce résultat. »

« Mme Nivou a payé une politique nationale, une politique locale et un rejet par rapport à sa personne », selon Franck Gatounes

De son côté, le candidat du Front de gauche, Franck Gatounes, « ne pense pas qu’une union de la gauche au premier tour » aurait changé la donne. « C’est davantage au PS et à Mme Nivou, conseillère régionale et suppléante de la députée, de se poser la question. La liste a payé une politique nationale, une politique locale et aussi un rejet par rapport à la personne même de Mme Nivou. » Pour sa part, il considère avoir réalisé « un bon score » (18,26%), d’autant que sa liste n’était pas soutenue par le PCF, qui avait rallié Christine Nivou. Il regrette cependant que « Veynes ait basculé à droite pour la première fois. Ne soyons pas dupes sur l’absence d’étiquette de M. Moreau. »

Marie-France et Jean-Christophe Sarrazin

Qui est René Moreau ?

René Moreau a réuni ses colistiers et quelques sympathisants, ce lundi midi, à Veynes.
René Moreau a réuni ses colistiers et quelques sympathisants, ce lundi midi, à Veynes.

Agé de 72 ans, René Moreau est un ancien dirigeant de société dans le secteur métallurgique. Il réside à Veynes depuis 2006, après avoir séjourné régulièrement dans le Buëch pendant une quarantaine d’années. Impliqué dans l’accompagnement des jeunes créateurs d’entreprises et l’aide à la recherche d’emploi des jeunes, il a aussi une expérience municipale. A 29 ans, il a été adjoint au maire chargé des finances d’une commune de la région parisienne.

Ce retraité parle avec assurance et revendique volontiers son expérience de chef d’entreprise pour aborder la manière dont il entend gérer Veynes et travailler au développement de son économie, « même si ce n’est pas quelque chose de simple ». Il fourmille d’idées pour dynamiser le commerce veynois, par exemple en créant un site internet ouvert à tous les commerçants sur le modèle de ce qu’a pu faire Laurent Wauquiez au Puy-en-Velay. René Moreau insiste aussi sur la méthode, qu’il s’agisse des finances, de la planification des projets et de la communication. Et tout en mettant en exergue ses qualités d’écoute et sa volonté de déléguer, il fait clairement sentir son autorité naturelle.


+ Sur le même sujet...