Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
gare de Lus la Croix Haute

La SAPN se bat pour sauver la gare de Lus-la-Croix-Haute (26)

26 Mar 2014 - 15:18

La Société alpine de protection de la nature (SAPN, dont le siège est à Gap) et l’Association pour la promotion de la ligne SNCF Grenoble-Veynes (AGV, dont le siège est au Monestier-du-Percy, en Isère) se battent pour la sauvegarde de la gare de Lus-la-Croix-Haute (dans la Drôme).

« La SNCF prévoit de fermer la gare de Lus en décembre 2014, créant ainsi un « canton » (section entre deux gares) de 47 km entre Clelles et Aspres. Cela ne pourra qu’augmenter les difficultés de gestion de cette ligne à voie unique qui souffre déjà d’une régularité très faible », dénonce la SAPN qui s’étonne de la décision dans la mesure où « depuis la crise de 2008, la fréquentation de la ligne augmente régulièrement (plus 10 % encore en 2013) ». Pour l’association, la fermeture de cette gare « serait un pas supplémentaire vers la fermeture de la ligne Grenoble-Gap à plus ou moins brève échéance (2023 au plus tard si rien n’est fait, date confirmée par RFF en novembre 2013) ».

La SAPN tient à rappeler que « la ligne Grenoble-Gap se dégrade physiquement depuis des décennies, particulièrement la section de montagne entre Clelles et Aspres-sur-Buëch. Cette ligne fait partie d’un réseau de quatre lignes convergeant à Veynes et venant de Marseille, Valence, Grenoble et Briançon. Ces lignes desservent les Alpes du Sud et leur utilité réside précisément dans leur effet réseau permettant de circuler à l’intérieur de la zone, mais aussi d’y accéder et d’en sortir par le nord, le sud, l’est et l’ouest ».

La SAPN et AGV invitent la population samedi 29 mars, à 14 h, à un rassemblement en gare de Lus pour s’informer de la situation, et mercredi 2 avril, à 19 h, lors du comité de ligne Grenoble-Gap, à la salle des fêtes de Lus. Ce jour-là, seront présents Éliane Giraud, vice-présidente déléguée aux transports de la région Rhône-Alpes, et Jean-Yves Petit, vice-président délégué aux transports de la région Paca. « Cette réunion risque d’être décisive car les crédits pour sauver la ligne doivent être inscrits dans les nouveaux contrats de plan État-Région qui seront bouclés d’ici à juin », termine la SAPN.


+ Sur le même sujet...