Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
"Les Prêtres" répètent avant leurs deux concerts programmés vendredi et samedi à la cathédrale de Gap."Les Prêtres" répètent avant leurs deux concerts programmés vendredi et samedi à la cathédrale de Gap.

Gap : Les Prêtres répètent avant leur premier concert (vidéo)

"Les Prêtres" débuteront leurs concerts dans la chaire de la cathédrale de Gap.
« Les Prêtres » débuteront leurs concerts dans la chaire de la cathédrale de Gap.

Ils sont maintenant rompus à l’exercice et ça se voit. Ils trouvent même le temps de plaisanter une fois le morceau introductif terminé. En haut de la chaire de la cathédrale de Gap, se postent les pères Charles Troesch, Jean-Michel Bardet et Joseph Dinh Nguyen Nguyen. Sur un morceau de Vivaldi, ils chantent un texte de Monseigneur di Falco alors que quatre choristes et un pianiste les accompagnent. Du goût de l’évêque, la bande-son couvre un peu trop leurs voix. L’ingénieur du son rectifie lors du deuxième essai, plus concluant.

Les chanteurs du groupe Les Prêtres ont passé une bonne partie de l’après-midi de ce mercredi à répéter leurs concerts de vendredi et samedi soir, à la cathédrale, les premières dates de leur tournée qui s’étale jusqu’en mars 2015 pour l’instant. Les spectateurs découvriront en avant-première les titres de leur troisième et dernier album Amen, dont la sortie est prévue le 7 avril. « Normalement, c’est le dernier », confirme le père Troesch. Normalement, oui. Comme le premier devait l’être… « On nous parle déjà d’un 4e et d’un 5e album », sourit-il.

« Quand je fais mes courses, c’est rare qu’on m’arrête »

Les Prêtres ont été dépassés par leur succès. Vraiment. Mgr di Falco est toujours étonné de voir que certaines personnes achètent leurs billets un an à l’avance. Les Prêtres ont leurs groupies. Certains ont réservé pour les deux soirs à Gap, d’autres les suivent sur leur tournée. « On ne nous saute pas dessus, plaisante le père Troesch. Dans le département, on nous connaît d’avant. Quand je fais mes courses, c’est rare qu’on m’arrête. » Lui vient soudain à l’esprit une anecdote qui lui tire un sourire : un jour, il reçoit un coup de fil d’une compagnie de taxi alors qu’il se trouve dans sa paroisse de La Bâtie-Neuve. Les clients veulent voir où Les Prêtres habitent. « Beaucoup de personnes viennent dans le département grâce aux albums », s’enorgueillit l’évêque. Les Prêtres, en revanche, ont du mal à honorer les invitations des médias parisiens. Trop compliquer de se rendre à Paris en train depuis les Hautes-Alpes. Ils le déplorent.

« A travers telle ou telle chanson, on met le doigt sur une blessure »

 

Essais de son, d'accompagnement, d'éclairage et d'entrée en scène pour "Les Prêtres", ce mercredi, à la cathédrale.
Essais de son, d’accompagnement, d’éclairage et d’entrée en scène pour « Les Prêtres », ce mercredi, à la cathédrale.

Surpris aussi de toucher autant de personnes. « Il ne se passe pas une journée sans que chacun de nous ne reçoive plusieurs lettres. Une correspondance régulière s’installe même avec certains », glisse Mgr di Falco. « Je suis toujours surpris par la capacité des gens à se confier alors qu’ils nous connaissent simplement par le chant et l’image. Le fait d’être prêtre joue aussi », suppose le père Bardet. L’évêque se souvient de cette femme qui nourrissait une haine envers son père à cause duquel elle a beaucoup souffert. « Elle nous a dit qu’après avoir entendu « Mon vieux », il s’est passé quelque chose en elle qui fait qu’elle lui a pardonné. A travers telle ou telle chanson, on met le doigt sur une blessure. »

Leurs choix de chansons ne sont pas calculés.  » Ce sont des titres qui nous émeuvent aussi », note le père Bardet. Le père Troesch évoque « Ecris l’histoire » de Grégory Lemarchal, ému par le jeune chanteur mort de la mucoviscidose. Parfois, leurs reprises peuvent faire réagir, Mgr di Falco s’en amuse : « Une chanson de Bécaud nous faire dire : « Vous vous aimez, vous avez un lit qui danse ». « Comment avez-vous pu chanter ça », s’est offusquée une dame. Je lui ai répondu qu’elle n’aurait pas pu m’écrire si le lit de ses parents n’avait pas dansé… »

Les 12 titres de leur album Amen : « Infunde Amoren », « Ecris l’histoire » de Grégory Lemarchal, « Les trois cloches » de Jean Villard, « S’il suffisait d’aimer » de Céline Dion, « Le chant des justes », « Telle est la loi », « La quête » de Jacques Brel, « Notre père », « Le christ est présent », « Tuntum Ergo », « Amen » et « L’ombre de la croix ».

Les bénéfices de ce troisième album sont destinés, entre autres, à l’association ATD quart monde (Agir tous pour la dignité), au père Gilbert pour ses travaux d’aménagement d’une ferme à Faucon, dans les Alpes-de-Haute-Provence, où il accueille des jeunes en difficulté, et toujours au père Pedro, à Madagascar.

Le concert du vendredi 28 mars sera diffusé en direct sur RCF, dès 20h30. Gapençais 87.7 FM, Briançonnais 92.5 FM, Champsaur et Valgaudemar 99.3 FM, L’Argentière 104.3.


« Les Prêtres » en répétition à la cathédrale de Gap par lemedia05


« Les Prêtres » interprètent « La quête », de… par lemedia05


+ Sur le même sujet...