Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Chantier du Drac

Champsaur : 5 millions€ pour rétablir le lit du Drac de 1960

Soixante engins de travaux et autant d'hommes sont mobilisés sur ce chantier d'élargissement et de recharge sédimentaire du lit du Drac.
Soixante engins de travaux et autant d’hommes sont mobilisés sur ce chantier d’élargissement et de recharge sédimentaire du lit du Drac.

5 millions d’euros, sept mois de chantier, soixante ouvriers et autant d’engins de travaux : ces quelques chiffres donnent une idée de l’ampleur de l’opération qui est en cours dans le lit du Drac. Avec un objectif : « Que le Drac retrouve son lit de 1960 », indique Jean-Pierre Festa, maire de Saint-Bonnet-en-Champsaur et président de la Cleda (commission locale de l’eau du Drac amont).

Le but est de recréer un matelas alluvial sur ce tronçon, afin de stopper l’enfoncement du Drac, qui a pu atteindre 3 ou 4 mètres par endroits. Cet enfoncement était dû à l’exploitation massive de granulats par le passé, que ce soit à Saint-Bonnet ou à Champoléon, qui a créé « un fort déficit sédimentaire, accentué par plusieurs crues », explique Frédéric Laval, du bureau d’études Burgeal.

L’évolution du lit du Drac avait certes des conséquences environnementales. Mais elle était aussi à l’origine d’affaissements de terrains, touchant aussi bien la RN 85 que des terres agricoles. Surtout, c’est le seuil aménagé en amont du plan d’eau de Saint-Julien-en-Champsaur qui était menacé et qui « pouvait rompre en cas de crue ».

Concrètement, il s’agit de « remettre des cailloux dans la rivière, ce qui peut paraître surprenant », reconnaît Frédéric Laval. Sur une distance de 3,6 km, du plan d’eau du Champsaur à Saint-Bonnet, quelque 420 000 mètres cubes de sédiments ont ainsi été déplacés (déblais dans certains cas, remblais dans d’autres), dont 60 000 provenant du Haut-Champsaur, pour relever le lit du Drac.

Le chantier de restauration du lit du Drac a été présenté, ce mercredi matin, par Jean-Pierre Festa et Jean-Yves Dusserre au préfet Pierre Besnard et à de nombreux élus et représentants d'administrations.
Le chantier de restauration du lit du Drac a été présenté, ce mercredi matin, par Jean-Pierre Festa et Jean-Yves Dusserre au préfet Pierre Besnard et à de nombreux élus et représentants d’administrations.

Auparavant, 27 hectares avaient été défrichés de façon à élargir le lit principal (qui mesure désormais de 68 à 210 mètres) et à redonner à la rivière sa forme en tresse. Alors qu’il atteignait 60 à 200 mètres de large en 1952, le lit du Drac avait rétréci et ne mesurait plus que 30 à 50 mètres avant le lancement de ce gigantesque terrassement.Il aura fallu quatre ans pour arriver au lancement des travaux, en novembre dernier. Quatre ans notamment pour « arriver à faire mettre d’accord les carriers, les pêcheurs, les kayakistes, et les administrations aussi », relève Jean-Yves Dusserre, président du Conseil général et de la communauté de communes du Champsaur, qui salue le travail de Jean-Pierre Festa, « le père de cet aménagement ». Ce dernier avoue sa satisfaction : « Les Champsaurins vont pouvoir se réapproprier le Drac », qui n’était plus accessible sur ce tronçon.

Un sentier piétonnier et cyclable va d’ailleurs être aménagé, qui permettra de rejoindre le plan d’eau depuis Saint-Bonnet. Quant au seuil aménagé au droit de la déchèterie de Saint-Bonnet, il sera équipé d’une passe à poissons et d’une passe à canoës.

Matheron campagne tirage au sort