Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus

Gap : des scènes effrayantes de courses-poursuites, tous feux éteints

La scène s’est reproduite à deux reprises, à la sortie nord de Gap, les 12 et 18 janvier dernier. Dans les deux cas, il est aux alentours de minuit lorsque des automobilistes sont pris en chasse par une Suzuki, roulant tous feux éteints, qui s’approche de leur voiture, se met à leur hauteur sur la voie de gauche, les percute… Des faits « absolument effrayants », comme le relève la présidente du tribunal correctionnel, Josiane Magnan, ce jeudi après-midi.

Le prévenu, Lionel Faure, un Gapençais de 45 ans, ne s’expliquera pas malheureusement pas sur ce qui l’a poussé à agir. Il ne s’est en effet pas présenté devant le tribunal, et a donc été jugé en son absence. Devant les policiers gapençais, il avait simplement expliqué avoir agi alors qu’il souffrait de troubles du sommeil, après quatre nuits blanches… Son épouse l’a d’ailleurs fait hospitaliser en psychiatrie à la suite des faits.

La première fois, Lionel Faure est prévenu d’avoir pris en chasse un couple, qui sortait de l’hôpital, où se trouvait un parent mourant. Dans la courbe de Bayard, le prévenu, après s’être rapproché de leur voiture, les dépasse, mais reste à leur hauteur. Lorsque l’autre conducteur freine, le prévenu fait de même. Finalement, la victime bifurque à droite et descend l’ancienne route du col Bayard, en faisant des zigzags pour éviter d’être poussée sur le bas-côté. Puis se réfugie dans un lotissement où habite une cousine, en klaxonnant tandis que sa compagne hurle. Leur poursuivant percute alors leur voiture à plusieurs reprises, avant de prendre la fuite, lorsque des riverains sortent de leur maison.

Quelques jours après, un couple est pris en chasse de la même manière, de la sortie de Gap jusqu’à Saint-Bonnet, où les deux victimes vont trouver refuge à la gendarmerie. Entre-temps, à Brutinel, leur poursuivant, qui roule là encore tous feux éteints sur la voie de gauche, va contraindre une voiture qui circule en sens inverse à faire un écart pour éviter une collision…

« On dirait un film », reconnaît Me Charmasson, conseil des deux premières victimes, parties civiles. « Mais ce n’est pas une série américaine, non, c’est le 13 janvier à minuit, à Gap ! Ils ne comprennent pas les motivations de cet homme, ils se demandent s’il leur en voulait personnellement. Ils ont cru qu’ils allaient mourir. Maintenant, mon client roule avec une barre de fer, et sa compagne refuse de prendre le volant. »

« Les faits sont graves, c’est une véritable mise en danger de mort dans une poursuite délibéré », relève le procureur, Sandra Reymond. « Il a d’abord nié les faits puis a reconnu une conduite atypique mais sans admettre avoir mis d’autres personnes en danger. » Pour ce « comportement très dangereux », le ministère public requiert six mois d’emprisonnement ferme et 500 € d’amende.

Le tribunal correctionnel condamne Lionel Faure à six mois d’emprisonnement ferme et 300 € d’amende.


+ Sur le même sujet...