Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
(Carte CEA)(Carte CEA)

Séisme : « Une magnitude atteinte tous les 15 à 20 ans dans le Sud-Est »

8 Avr 2014 - 11:09

Le séisme qui s’est produit lundi soir à 21h27 et dont l’épicentre était situé sur la montagne de Parpaillon, entre La Condamine-Châtelard et Crévoux, a atteint une magnitude de 4,8 sur l’échelle de Richter, selon l’observatoire de Grenoble (réseau Sismalp). En moyenne, c’est tous les 15 à 20 ans qu’un séisme atteint une telle magnitude dans le grand quart sud-est de la France, précise Sismalp. Le foyer était situé vers 7 km de profondeur d’après les premières estimations, ce qui expliquerait que le tremblement de terre ait pu être ressenti de façon aussi large, de Marseille à Genève, ainsi qu’en Italie.

Les sismographes du réseau Sismalp ont déjà enregistré une vingtaine de répliques depuis le séisme de lundi à 21h27 (19h27 en temps universel).
Les sismographes du réseau Sismalp ont déjà enregistré une vingtaine de répliques depuis le séisme de lundi à 21h27 (19h27 en temps universel).

« En raison de sa magnitude, le séisme de cette nuit risque de générer des répliques et de réactiver les essaims de cette zone limitrophe des départements des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes », indique Sismalp. Pas moins d’une vingtaine de répliques ont déjà été enregistrées dans la nuit, dont la plus forte d’une magnitude de 2,2, ce mardi, à 2h25 du matin. « Ces répliques, jointes à une éventuelle activité de type essaim, vont se poursuivre pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois », annonce Sismalp. « On ne peut exclure l’occurrence de répliques de magnitude 3, voire 4. »

La haute vallée de l’Ubaye est l’une des zones les plus sismiques des Alpes françaises. En 1959, un séisme de magnitude 5,5 qui s’était produit à proximité de Saint-Paul-sur-Ubaye avait généré d’importants dégâts immobiliers et fait deux blessés.

Entre 2003 et 2004, plus de 16000 séismes se sont produits à La Condamine-Châtelard, un peu plus bas dans la vallée. Cette crise sismique en essaim n’était constituée que de séismes de faible magnitude (au maximum 2,7), mais qui avaient été fortement ressentis localement du fait de la faible profondeur des foyers (vers 6 km) à l’aplomb du village. C’est à proximité de cet essaim que s’est produit le 26 février 2012 un séisme de magnitude 4,3. Ce séisme, suivi de répliques, a lui-même déclenché un autre essaim, distinct de celui de 2003-2004. Depuis cette date, l’activité n’a jamais vraiment cessé, avec environ 2000 séismes qui ont été localisés depuis un peu plus de deux ans dans cette zone du massif du Parpaillon. Une quarantaine de ces séismes avaient des magnitudes comprises entre 2 et 3,6.

L’épicentre du séisme de lundi soir était situé exactement au même endroit que celui de février 2012.

Lire l’article sur le séisme de lundi et les témoignages de Haut-Alpins qui l’ont ressenti


+ Sur le même sujet...