Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Gap in reverse

« Gap in reverse » : la vidéo qui va cartonner sur internet

Après le remake gapençais de « Happy » de Pharrell Williams, d’autres Gapençais ont créé une vidéo des plus originales inspirée de l’émission de neuf heures diffusée la semaine dernière sur France 4, « Tokyo reverse » : une découverte de la capitale japonaise en marche arrière, premier prototype de slow TV diffusé en France. Le programme n’a rassemblé que 29 000 téléspectateurs, soit 0,2% de parts de marché, mais a cartonné sur les réseaux sociaux.

Une autre vidéo du même genre circule désormais sur les réseaux sociaux, « Gap in reverse », réalisée par le graphiste Babbu San, mettant en scène Stéphane Paris, un Gapençais qui, par ailleurs, est photographe et travaille à l’UPE 05 (Union pour l’entreprise des Hautes-Alpes). On y voit le jeune homme marcher au ralenti dans le centre-ville de Gap (et même descendre les 21 marches de l’escalier du « Palace »…), alors que les autres promeneurs et même les voitures circulent à l’envers. « J’ai encore mal aux jambes », plaisante Stéphane Paris qui a déambulé dans les rues de Gap en marche arrière pendant 25 minutes samedi dernier, sous les yeux médusés, les regards perplexes ou interrogateurs des passants. « On a reçu des encouragements, des gens étaient surpris, d’autres ne comprenaient pas, on a eu beaucoup de questions », avoue Stéphane Paris. « Un ami m’a guidé tout le long du tournage. C’était assez laborieux, on a tourné la vidéo d’une traite. On avait réfléchi au parcours et à la musique en amont. Il faut se mettre dans la tête que le départ c’est l’arrivée, et que l’arrivée c’est le départ. Au final, le rendu dure 30 minutes car les images ont non seulement été inversées mais aussi ralenties pour obtenir un effet hypnotique », détaille le protagoniste.

Babbu San et Stéphane Paris voulaient faire découvrir Gap sous un autre angle, la mettre en avant et montrer une image dynamique de la ville. « On va encore peaufiner le concept, l’améliorer, et pourquoi pas le décliner dans d’autres villes de France et d’ailleurs », annonce Stéphane Paris.

Voici le résultat :