Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Les sapeurs-pompiers ont vu les demandes de secours à personnes augmenter de 5% en 2013.Les sapeurs-pompiers ont vu les demandes de secours à personnes augmenter de 5% en 2013.

Douze morts sur les routes et vingt-sept en montagne en 2013

Les sapeurs-pompiers ont vu les demandes de secours à personnes augmenter de 5% en 2013.
Les sapeurs-pompiers ont vu les demandes de secours à personnes augmenter de 5% en 2013.

« Seules douze personnes ont perdu la vie sur les routes du département en 2013, et même si ces morts demeurent insupportables, ce résultat est encourageant », estime le préfet Pierre Besnard. En 2012, ce sont en effet vingt personnes qui avaient trouvé la mort. Et rappelons que le seul accident dramatique de la plaine de Lachaup, en 2013, avait causé la mort de trois des douze victimes enregistrées sur l’ensemble de l’année.

94 accidents corporels ont été comptabilisés en 2013, soit le même nombre qu’en 2012, et le nombre de blessés est lui aussi stable : 72 hospitalisés (+ 3 par rapport à 2012) et 50 blessés légers (idem à 2012).

La moitié des douze personnes tuées étaient des « usagers vulnérables » : deux piétons et quatre motards. Et cinq d’entre elles avaient moins de 25 ans.

« L’alcool demeure un facteur d’inquiétude, puisqu’il est responsable d’un tiers des tués », indique le préfet. Le procureur de la République, Raphaël Balland, a d’ailleurs prévenu qu’il continuerait, comme son prédécesseur, « à faire diligenter des enquêtes à l’encontre des débits de boisson, de la famille ou des amis qui ont excessivement servi de l’alcool à un personne dont ils savaient qu’elle allait reprendre ensuite le volant ».

27 personnes mortes en montagne, dont neuf dans une avalanche

Avec 533 interventions en 2013, les secours en montagne affichent une baisse de 8% par rapport à 2012. Vingt-sept personnes ont trouvé la mort en montagne (dont neuf dans une avalanche), 292 ont été blessées et 600 ont été secourues par le PGHM et les CRS. Les interventions ont été plus nombreuses l’été dernier.

« Je sais que je mets les pieds dans le plat », lance le préfet Pierre Besnard, « mais, quand il y a des gens qui sortent malgré les interdictions et les mises en garde, et qu’il faut qu’on engage des hommes pour les secourir, parfois au péril de leur vie, je reste persuadé qu’il faudra se poser la question de la responsabilité ».

Une intervention toutes les 53 minutes pour les sapeurs-pompiers

En 2013, avec 9524 sorties, les sapeurs-pompiers sont intervenus en moyenne toutes les 53 minutes. Le préfet s’est félicité d’un temps moyen d’attente des secours qui s’est encore amélioré, soit 12 minutes environ. Ce délai moyen est contrasté selon les zones : de 8 minutes à Gap à 14 minutes en milieu rural, en passant par 11 minutes à Briançon.

Pierre Besnard souligne également la hausse des secours à personnes (+ 5%), notamment du fait de malaises à domicile ou de chutes de personnes âgées, « traduisant en cela certainement l’émergence de la fragilité de la population ».

Le préfet relève par ailleurs l’absence de noyade, cet été, dans les zones surveillées par les sapeurs-pompiers, qui ont sauvé près de vingt personnes, en particulier lors des violents orages.

Le nombre de sapeurs-pompiers est quant à lui resté stable en 2013. « Il y aurait besoin d’une sorte de contrats de génération pour le volontariat, car nous assistons à un vieillissement des sapeurs-pompiers », considère le préfet.

Matheron campagne tirage au sort

+ Sur le même sujet...