Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Expo cathédrale

Gap : des œuvres d’un artiste haut-alpin méconnu exposées à la cathédrale

11 Avr 2014 - 23:37
Ce crucifix, sculpté par Julien Faure-Vincent Dubois, sera exposé à la cathédrale de Gap pendant la Semaine sainte.
Ce crucifix, sculpté par Julien Faure-Vincent Dubois, sera exposé à la cathédrale de Gap pendant la Semaine sainte.

La cathédrale de Gap accueille, à partir de ce samedi, une exposition d’œuvres de Julien Faure-Vincent Dubois, peintre et sculpteur haut-alpin décédé en 1947, particulièrement méconnu. Cette exposition, proposée jusqu’au 19 avril à l’occasion de la Semaine sainte, sera inaugurée ce samedi matin par Marie-Aimée Favrichon, fille de l’artiste, et Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque de Gap et d’Embrun. Les œuvres de Julien Faure-Vincent Dubois sont habituellement exposées, pour l’essentiel, dans sa maison natale de Cervières, transformée en musée par sa fille.

Julien Faure-Vincent Dubois est né en 1908 à Cervières. Fils d’un cultivateur, son enfance fut sans histoire. Il aimait beaucoup les fleurs et les animaux et plus particulièrement les oiseaux qui furent par la suite ses premiers modèles. Très tôt il manifesta beaucoup de plaisir à sculpter le bois au couteau. Il préférait de beaucoup le couteau de sculpteur au porte-plume. C’est ainsi qu’à l’âge où ses camarades préparaient le certificat d’études, Julien présentait à ses amis un ensemble sculpté de scieurs de long articulé qui étonnait toutes les personnes qui le voyaient.

Après le service militaire, sa vie changea d’orientation : il prit la décision de se consacrer à sa passion et de devenir sculpteur. Il quitta son village pour se rendre à Paris afin de suivre des cours à l’École de Arts décoratifs. Il exposa alors plusieurs œuvres au Grand Palais des Champs Élysées, au Salon d’automne et au Palais de Tokyo.

Les restrictions de la guerre le contraignirent à quitter Paris et à retourner à Cervières où il reprit sa production. C’est à cette époque qu’il peignit des tableaux religieux comme La descente de Croix, la mise au tombeau, la fuite en Égypte… et sculpta saint Jean, la Vierge et l’enfant, des pietà et des Christ en Croix… Son appartement se transforma en véritable musée qui était très visité et faisait l’admiration de tous.

Julien Faure-Vincent Dubois fut mortellement blessé dans un accident de bicyclette le 13 octobre 1947, il avait 39 ans. Depuis, son œuvre est restée inconnue et cachée.


+ Sur le même sujet...