Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
collège de Fontreyne

Gap : les collégiens de Fontreyne ont été victimes de gastro-entérites aiguës

La responsabilité de l’hôtel-restaurant du Futuroscope est écartée, selon les premières conclusions de l’enquête engagée par les autorités sanitaires à la suite de l’intoxication d’élèves du collège de Fontreyne à Gap. Quinze collégiens et un chauffeur de car avaient dû être hospitalisés dans la nuit du 16 au 17 avril, à Guéret (Creuse), alors qu’ils revenaient du Futuroscope. Ils avaient été pris de vomissements vers minuit. Selon l’ARS Poitou-Charentes, les premières conclusions « orientent vers des gastro-entérites aiguës d’origine virale pour les trois classes concernées ».

Dans le même temps, deux classes d’élèves de la région Rhône-Alpes, ayant séjourné au Futuroscope, avaient en effet présenté les mêmes symptômes. Au total, 55 élèves sur les 158 concernés avaient été malades.

Une enquête épidémiologique a donc été menée, de façon coordonnée, par les Agences régionales de santé (ARS) Limousin, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Poitou-Charentes et Rhône-Alpes, en concertation avec les cellules régionales de l’Institut national de veille sanitaire (InVS). « Ces résultats ne permettent pas d’établir que la restauration servie au Futuroscope soit à l’origine des symptômes ressentis par les collégiens », indique l’ARS.

L’ARS précise qu’une enquête alimentaire a été « diligentée par la direction départementale de la Protection des populations de la Vienne, qui a prélevé des matières premières utilisées pour la préparation des repas servis aux élèves, et pour lesquelles la recherche de bactéries pouvant donner des symptômes digestifs s’est révélée négative ».

De plus, « des coprocultures des enfants malades réalisées aux urgences du centre hospitalier de Guéret se sont révélées négatives quant à la recherche de bactéries pouvant donner des symptômes digestifs. Néanmoins, devant la suspicion de contamination virale, ces coprocultures ont été adressées au centre national de référence des virus entériques de Dijon pour une recherche de virus entériques dont les résultats communiqués le 24 avril se sont tous révélés positifs puisqu’une souche de norovirus a été isolée dans les prélèvements. Ce résultat conforte donc l’hypothèse épidémiologique du norovirus concernant cette épidémie de gastro-entériques aiguës », selon l’ARS Poitou-Charentes.

Enfin, une surveillance au niveau du site n’a pas révélé d’autres cas groupés.


+ Sur le même sujet...