Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le nombre de cerfs et de chevreuils pouvant être prélevés devrait augmenter cette année (photo AICA Montjay-Sorbiers).Le nombre de cerfs et de chevreuils pouvant être prélevés devrait augmenter cette année (photo AICA Montjay-Sorbiers).

Chasse : davantage de cerfs et de chevreuils pourront être tués

Le préfet des Hautes-Alpes a signé le 30 avril dernier un arrêté fixant le nombre d’animaux (espèces de grand gibier) pouvant être prélevés dans le cadre d’un plan de chasse. Il prévoit l’augmentation du nombre maximum de cerfs et de chevreuils pouvant être tués. « Cette augmentation se justifie par la politique de limitation de la population de cervidés dans les secteurs où elle occasionne des dégâts aux intérêts agricoles et forestiers », explique la direction départementale des territoires (DDT). Ce texte a fait l’objet d’une consultation du public via internet qui n’a recueilli que quatre avis, qui n’ont pas modifié le texte initial.

Le nombre maximum de cerfs pouvant être prélevés a été porté à 850 (au lieu de 730) et celui des chevreuils à 2800 (au lieu de 2600). Pour les autres espèces de grand gibier, les chiffres restent inchangés, soit un maximum de 350 pour les mouflons, de 2300 pour les chamois et de 15 pour les daims.

Lors de la saison 2012-2013, les chasseurs avaient tué 1813 chamois, 535 cerfs, 2097 chevreuils, 167 mouflons et 3600 sangliers.

Le nombre de cerfs et de chevreuils pouvant être prélevés devrait augmenter cette année (photo AICA Montjay-Sorbiers).
Le nombre de cerfs et de chevreuils pouvant être prélevés va augmenter cette année (photo AICA Montjay-Sorbiers).
Les chevreuils, réintroduits à partir de 1975, sont particulièrement présents dans le Queyras, le Dévoluy, la Clarée, le Serrois et le Rosannais. Les cerfs, réintroduits dans les années 60 dans le Bochaîne, sont présents dans le Dévoluy, le Serrois, le Rosannais, le Briançonnais, le Queyras et l’Embrunais.

« Un plan de chasse consiste dans l’attribution pour un territoire donné d’un quota d’animaux à tirer pour une saison de chasse », précise la DDT. « Il concerne le cerf, le chevreuil, le mouflon, le daim, le chamois pour lesquels il est obligatoire. Il vise à une gestion équilibrée des animaux et des cultures agricoles ou forestières. Il tend à assurer le développement durable des populations de gibier et à préserver leurs habitats, en conciliant les intérêts agricoles, sylvicoles et cynégétiques. Ce plan de chasse est fixé et révisé annuellement. »