Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
loup Arvieux

Arvieux : le louveteau retrouvé mort en décembre, avait été empoisonné

Le jeune loup qui avait été retrouvé mort, le 2 décembre dernier, au bord d’une route départementale à Arvieux, avait été empoisonné, selon une note de la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) Rhône-Alpes, qui coordonne la Mission Loup.

L’autopsie du louveteau avait révélé un violent traumatisme au niveau du crâne, résultant probablement d’un choc avec un véhicule. Selon la Dreal, les analyses toxicologiques réalisées par le laboratoire vétérinaire départemental des Hautes-Alpes « mettent en évidence un empoisonnement à la chloralose dont le seuil de concentration, et en l’absence de proie retrouvée dans l’estomac, est incompatible avec une contamination relais. La teneur retrouvée est de nature à expliquer une baisse de vigilance de l’individu. »

La Dreal précise donc que «ce loup est décompté du plafond défini par l’arrêté ministériel du 15 mai 2013. A ce jour, dix loups ont été décomptés du plafond de 24.»

Un autre cas d’empoisonnement de loup a déjà été constaté dans la vallée de la Vésubie (Alpes-Maritimes) en 2013.

Les associations pour la protection du loup portent plainte contre X

Les associations du collectif des associations pour la protection du loup en France (Cap Loup, qui réunit Animal Cross, Aspas, Ferus, LPO PACA, 1000 traces, SFEPM, WWF), ont annoncé qu’elles portaient plainte contre X à la suite de l’empoisonnement constaté dans le Queyras. « Le loup est une espèce protégée, sa destruction illégale est passible de 15000 € d’amende et d’un an d’emprisonnement, indique Cap Loup dans un communiqué. Les associations de Cap Loup porteront systématiquement plainte pour toute destruction illégale. Le braconnage par empoisonnement est un acte de délinquance très grave qui porte atteinte à une espèce protégée mais aussi à l’ensemble de la faune sauvage et domestique. »